24 novembre 2007

Il est minuit moins cinq pour Yves Leterme


C'est devenu une évidence ce vendredi : Yves Leterme est désormais sous la pression de la NVA. Une évidence visible : pendant une bonne partie de la journée le formateur et les dirigeants du CD&V ont été en réunion avec Bart De Wever, le président du parti nationaliste. C'était le cas le matin (un tête à tête entre Yves et Bart si je suis bien informé), ce fût encore le cas dans l'après midi (avec au moins Vandeurzen, De Crem et Chris Peeters si je ne suis pas trop myope). En cause la note communautaire d'Yves Leterme. Celle ci ne prévoyait pas jusqu'à jeudi de régionaliser des éléments de la sécurité sociale (et Yves Leterme dans la vidéo ci dessous le confirme après un instant de réflexion). Bart de Wever a donc fait part de son mécontentement, d'où le pataquès de cette fin de semaine. Conclusion : Bart et Yves se contredisent ouvertement et publiquement.


Pour le formateur c'est une tuile de plus. Que les divisions internes de ce cartel arrivent ainsi sur la place publique ne peut que saper l'autorité d'un futur (ou ex-futur ?) premier ministre. Surtout si l'on constate que le formateur a du céder devant son allié alors que sa note, maintes fois remise sur le métier, avait , semble-t-il, été approuvée par les 4 présidents de parti. Yves Leterme ne pourra pas dire qu'il n'a pas eu sa chance. Après des pics de crise, des dramatisations, des ruptures, de gestes d'ouverture, des interventions royales et le soutien à deux reprises d'Herman Van Rompuy l'homme aurait du, depuis le temps, se trouver en position d'aboutir à un accord. Si ce n'est pas le cas il va falloir se rendre à l'évidence : s'il en a la capacité intellectuelle, Yves Leterme n'a peut être pas l'autorité nécessaire et le sens de la synthèse nécessaires pour devenir premier ministre.


Coté francophone on notera que jeudi et vendredi MR et CDH ont semblés plus en phase et communiquaient le même refus de scinder la sécu. C'est une communication de "fond" alors que ces dernières semaines le MR insistait plutôt sur les différents qui opposent CDH et CD&V que sur ses propres refus. Changement de stratégie ? Ou indice d'un climat particulièrement difficile ?

Voir le reportage

9 commentaires:

Anonyme a dit…

Encore une fois Jean-Marie Dedecker sur le plateau de RTL-TVI ce dimanche midi.C'est presque chaque semaine que ce personnage démagogique est reçu avenue Ariane!
C'est tout de même de la droite hard...

Anonyme a dit…

Dedecker, droite hard (sous-entendu, je pense, de la même eau que le Vl. Belang) ? Non, incontestablement non. Certes, flamingant pur et dur oui (et c'est bien dommage), mais d'extrême-droite, non. Dommage d'ailleurs qu'il soit à ce point focalisé sur du "communautaire". Il a de bonnes idées, qui peuvent vraiment faire avancer le débat politique, alors qu'avec les partis traditionnels, on assiste à une sclérose de ce débat. D'ailleurs, les pierres d'achoppement de l'Orange bleue ne sont même pas vraiment idéologiques mais de nature "communautaires". C'est tout dire ! Dedecker, lui, lance de nouvelles pistes de réflexions (qu'on apprécie ou pas, cela c'est un autre sujet), mais vouloir le baillonner, comme le suggère l'intervenant anonyme, ce ne serait pas acceptable.
Célestin

Anonyme a dit…

C'est vrai qu'on voit bcp De Decker... mais qui d'autre accepte de s'exprimer pour dire autre chose que ce qu'on entend depuis 168 jours?

On disait le w-e crucial pour l'Orange bleue.
Si une autre majorité était vraiment possible et acceptable par tous (le CD&V-NVA essentiellement) elle aurait sans doute déjà vu le jour, non?

Et ce lundi, 169 jours depuis les élections...

Michel bxl

Anonyme a dit…

@Celestin./Je ne dis pas " le baîllonner" : je dis juste que je trouve anormal qu'il soit invité avenue Ariane quasi chaque dimanche midi. Il ne représente tout de même pas le flamand type ! L'intérêt ou le danger de Decker, c'est quavec lui on peut voter très flamingant et très à droite sans tomber dans les rets du Belang... Je lis aussi, sur le site de la Dernière Heure, que dedecker envisageait de présenter une liste en Wallonie en 2009.

Anonyme a dit…

Je suis d'accord avec Célestin...
Il est temps d'arrêter de diaboliser De Decker comme le fait la presse francophone ...
Anonyme, tu parles de "flamand type" : moi je trouve cette expression à la limite du racisme ... Arrêtons de caricaturer De decker en en essayant de nous faire croire que la LDD et le Vlaams Belang , s'est Kif Kif . Anonyme, vas voir le programme de LDD et tu verras qu'il est très innovant et très libéral dans le sens noble du terme, c'est à dire réduire au maximun l'interventionnisme de l'état dans nos vies, réduire la pression fiscale, permettre l'ouverture des magasins le WE, diminuer la pression fiscale sur la prestation des heures supplémentaires etc ...
LDD n'est pas anti-wallon, c'est un républicain qui prône le "séparatisme" comme électrochoc de manière à ce que les belges puissent éventuellement se retrouver après, quand les wallons auront compris ... s'ils comprennent un jour ;;;

Cobra

Koga a dit…

Je pense que le CDnV s'il veut arriver quelque part doit lâcher la NVA. En plus, vous imaginez un gouvernement avec un parti séparatiste (et raciste)? Ce sera tout à fait scandaleux, d'autant qu'ils ont 5 sièges. Bien entendu c'est dommageable pour le CDnV qui perd des sièges mais bon, il faut ce qu'il faut. Quand j'entends De Crem qui dit: "Pas question, on perdrait des sièges", j'ai envie de lui dire: "Evidemment, mais est-ce qu'il vaut mieux avoir un jour un gouvernement quitte à perdre des sièges ou négocier EN VAIN pendant des mois et des mois?". Enfin... Même en France, ils commencent à se demander comment un pays comme le nôtre peut fonctionner sans gouvernement! On va regretter la violette, je vous le dis ;)

Anonyme a dit…

Il est déjà bien deux heures du mat' là non?

belgapalermitanoepazzo a dit…

leterme redemissionne. Quel gachis... et chacun de rejeter la balle dans l'autre camp. Je suis desormais convaincu que j'ai vraiment fait ce que je devais en emigrant.
Et comme deja le disais Stephane Steeman dans les annees 70 "regardez les mourir ces deux pays qui ETAIENT le mien"

Fabrice Grosfilley a dit…

A cobra : ne confondez pas Armand De Decker, président du sénat, MR et Jean-Marie Dedecker, président du parti qui porte son nom !