18 mai 2008

Facisme non violent (en anglais dans le texte)

La presse étrangère est parfois surprenante de clarté. A force d'avoir le nez sur le guidon fédéral les acteurs belges perdent parfois de vue l'essentiel. Voici que le New York Times s'interesse à nos petits problèmes communautaires... et n'y va pas par 4 chemins. Pour l'auteur de l'article la flandre connait un "mélange de sentiment national, de politique droitière, de pureté raciale et lunguistique imprégnée d'un rejet de l'immigration que les critiques nomment un "facisme non-violent". A lire, et discuter, c'est une évidence. Et on aimerait que les démocrates de flandre (ils sont encore majoritaires, n'en doutons pas) encadrent l'article, qui cette fois, n'émane pas d'un méchant francophone.

5 commentaires:

Cédric a dit…

L'article en cause fait certes référence à la Flandre mais son constat sur le "fascisme non violent" est plus large puisque, selon son auteur, ce constat se retrouve dans toute l'Europe ("classic formula these days in modern Europe"). Ce qui n'enlève rien au reste de l'article peu reluisant pour le nord du pays...

Anonyme a dit…

Et dire qu'il y a quelques jours certain, sur ce même site, assimilait Bart De Wever à un certain chef de propagande tristement célèbre ... Je trouve que les journalises anglo-saxons y ont été bcp plus fort ... Mais la flandre a l'image qu'elle mérite !!!

G.

Fabrice Grosfilley a dit…

a G. : :-)

Ze'ev a dit…

Et ce journaliste...sont bureaux est où? PARIS! Il ne dit pas que la politique Flamande est fasciste (violent ou non-violent) mais que des 'critiques' le nomme comme ça.

phileruth a dit…

Des voix démocratiques s'expriment en Flandre: le Pr Paul De Grauwe a signé dans le "Standaard" une carte blanche remarquée, où il invite la Flandre à revoir certaines de ses politiques, notamment en périphérie bruxelloise. Venant d'un ancien élu Open VLD, la charge est sévère pour "son" ministre Marino Keulen!