22 septembre 2006

Plaidoyer pour en finir


Le spectacle offert par la majorité violette cette semaine ressemble à une casserole de lait sur le feu. A une certaine température cela monte tellement vite que le lait ne peut que déborder. Dès que l’on coupe les gaz le lait redescend aussi vite qu’il est monté. Ce vendredi soir il faut encore rester prudent : le premier ministre et sa première vice-première ont acceptés de se parler c’est tout. Qu’ils puissent effectivement rester ensemble quelques minutes dans la même pièce sans casser la vaisselle ne prouve pas qu’ils soient capables de retrouver un élan suffisant pour diriger l’Etat ensemble. Il faudra attendre le début de la semaine prochaine pour juger la réalité de leur rabibochage.
A ce stade on peut néanmoins tirer quelques leçons:
1) sur un dossier virtuel (le retour en Belgique de Victor Hoxha n’est pas avéré) la majorité a pu développer un débat extrêmement violent en son sein, et la défiance entre les bleus flamands et les rouges francophones a pris une tournure aussi passionnelle que personnelle.
2) Les ténors du VLD mélangent allégrement les genres. Derrière un cas précis et spectaculaire (Hoxha ne rappelle pas de bons souvenirs aux Anversois) on devine bien leur tentative d’obtenir un durcissement général des peines de prison (« pas de libération pour les détenus lourds » est une traduction de « créons des peines incompressibles »). C’est faire preuve d’affolement : cette thématique ne figure pas dans l’accord de gouvernement et espérer faire plier un partenaire sur pareil sujet à 3 semaines d’un scrutin (même local) était voué à l’échec. Rappelé à l’ordre par les éditorialistes flamands ce vendredi matin (il est rarissime qu’ils prennent ainsi parti pour un ministre francophone et contre le premier ministre), Guy Verhofstadt a sans doute compris qu’il était dans une impasse.
3) Ce n’est qu’un début. Cette difficulté ne peut pas faire oublier des dossiers autrement plus délicats qui attendent le premier : le contrôle budgétaire avec ces 883 millions envolés sera l’un des plus difficiles que l’équipe violette ait eu à boucler.
Dans ce contexte on ne peut que ‘s’interroger sur la suite. Par cet épisode grand guignol, la majorité violette vient d’indiquer elle-même que se maintenir jusqu’au terme normal de son mandat n’offrait peut être pas beaucoup d’intérêt.

PS : pour ceux qui peinent à suivre l'affaire Hoxha, ce rappel utile dans la DH.

6 commentaires:

Insider a dit…

Moi je vous fiche mon billet qu'elle ira au bout cette majorité. Et surtout si le VLD et le PS se ramassent aux communales. Il faudra bien 6 mois pour faire oublier ce désastre aux électeurs.
Sur le fond, je crois que personne n'a compris ce qui est passé par la tête du Premier.

Anonyme a dit…

Luk Van Der Kelen, editorialist du "laatste nieuws" est PRO Onckelinckx dans cette afaire !!

Olivier a dit…

"« créons des peines incompressibles »"
Il serait peut être temps....!

Joe a dit…

je dois dire qu'autant je n'apprécie pas outre mesure la néoschaerbeekoise, là, il y a de l'acharnement.
Pas très intéressant et contreproductif. Des évasions, il y en a toujours eu, et ce n'est pas Dutroux qui s'évade tout de même.

fabrice grosfilley a dit…

@ Insider : comprenons-nous bien, je ne fais pas ici de pronostics. Je dresse juste le constat d'un absence de projet collectif violet et d'une ambiance gouvernementale peu enthousiasmante. Mais vous avez raison, même dans ces conditions un gouvernement peu "tenir". Le problème d'un parti politique c'est quand même de donner un peu de sens à son action et à sa présence dans une majorité. J'ai peur que cela devienne de plus en plus délicat.

Insider a dit…

Vous avez évidemment raison. Il faut "faire sens". Mais vous remarquerez avec moi que les grandes opérations de communication de ce gouvernement sont révolues. Finies les coups de vent malicieux sous les jupes de Freya et les conseils délocalisés. La voilure violette a été fortement diminuée sur ce point de vue au point qu'on se croirait presque revenu à la période Dehaene. Dommage car je pense que cette coalition malgré son aspect chaotique n'a pas fait que des mauvaises choses. Mais je crains qu'on ne retiendra que les 6 derniers mois qui s'annoncent cauchemardesques...