17 juin 2008

Olivier Maingain recale le 15 juillet


Le président du FDF est mon invité sur RTLinfo.be. Il indique clairement ne pas croire à l’échéance du 15 juillet. « On n’est nulle part, il n’y a pas eu de réunion entre les négociateurs politiques » affirme-t-il. Interrogé sur les chances d’aboutir à un accord il précise « il faut être honnête vis à vis de l’opinion publique. Il faudra sans doute au moins une bonne année pour faire progresser ce d&ébat là. Le 15 juillet il n’y aura pas de solution définitive on le sait très bien ».

L’interview est ici.

3 commentaires:

Sébastien Strazzer a dit…

Voila quelqu'un qui retire ses œillères et qui ose enfin dire ouvertement que le 15 juillet n'est pas une date butoire.
En ce qui concerne le "coup" séparatiste, je crains que les partis du nord du pays n'hésiterons pas à aller plus loin que le confédéralisme, ce n'en est qu'une étape.

Anonyme a dit…

A part critiquer et lancer des affirmations pour défendre les francophones ... je me demande toujours en quoi Mr Maingain apporte quelque chose (de constructif) dans notre paysage politique!

Avoir une attitude perpétuellement négative dans chacune de ses interventions, ce n'est au final pas bon non plus pour ça propre image. Même si nous ne sommes que de simples citoyens, il n'y a nullement besoin de nous casser les oreilles à longueurs d'interventions pour nous dire que tout va mal et que rien n'avance ...

Peut-être serait-il temps que Mr Maingain nous sorte autre chose (mais en est-il capable ?) que ce qu'il nous répète chaque semaine ?

Anonyme a dit…

La grave crise actuelle que nous rencontrons sont surtout du à l'existence de 2 grands Cartels, tous les 2 ayant été formés pour les mêmes raisons, devenir le plus grand parti dans chacune des 2 communautés.
Quels gâchis!!! pour satisfaire l'égo de quelques personnes, chacun de ces 2 partis étant tirés par des forces centrifuges non-contrôlés , maintenant il n'est pas dit que la crise communautaire ne se serait pas produit, mais elle se serait étalés sur 10 ou 20 ans pour en arriver à un état fédéral très décentralisé( et alors!!) avec 6 ou 7 ministères( les finances, le budget, l'intérieur, les affaires étrangères, la défense et sans doute une partie de la fonction publique et de l'économie) ce qui n'est quand même pas rien quand on connait l'importance de ces ministères et bien loin d'une aventure confédérale ou autre. Cet état fédéral serait constitué de 2 ou plusieurs régions autonomes, cette solution même si certains adeptes de la Belgique de papa ou certains profiteurs de l'état central , qu'ils soit Flamands(lire le livre de Rudy Aernoudt) ou Wallons( voir les multiples affaires), n'ont toujours pas voulus comprendre que ce changement était souhaitable à condition que cela se fasse sans passion communautaires et sans problèmes linguistiques.
je crains hélas que avec, ou à cause de l'existence de ces cartels les accords ne se fassent dans la douleur, à nous les électeurs et aux médias Flamands comme Francophones d' en tirer les conclusions et dissuader par nos votes ou dans l'immédiat à l'aide de sondages et avec l'aide des médias la formation de tels cartels si nuisible à la future Belgique.