23 avril 2006

Viser bruxelles, atteindre le confédéralisme


C'est ce qui rend la Belgique si passionante : une semaine de vacances et le débat institutionel a encore progressé. Ainsi, Yves Leterme, ministre président flamand (CD&V) veut réformer Bruxelles et lui retirer les attributs d'une région à part entière. La Belgique ce serait les flamands et le wallons, point à la ligne. Les bruxellois, cette espèce hybride, devraient se ranger dans l'une des deux catégories. On devine les arrières pensées : nier Bruxelles, la ravaler au rang de "protectorat", c'est préparer une peu plus de scission (totale ou partielle )en évitant à la Flandre de perdre sa capitale symbolique. Pour les francophones, accepter ce scénario c'est perdre le meilleur moyen de pression comme un joueur de carte jettant sa meilleure carte dans un pli qui n'en vaut rien la peine... C'est donc perdu d'avance, et Leterme le sait sans doute. A quelques mois des élections communales il s'adresse surtout à son électorat flamand : le CD&V , même de retour au pouvoir, reste plus radical que le VLD sur les thèmes communautaires. Et il indique par la même occasion aux francophones que 2007 ne sera pas des plus simples à négocier...

1 commentaire:

pol a dit…

"remember" le VLD avant les elections de 1999;
plus flamand que Volksunie