27 septembre 2006

Sortie de crise



Le gouvernement a donc pu trouver ce mercredi midi une sortie honorable au différend qui opposait depuis une semaine libéraux flamands et socialistes francophones. Pour être honnête ce n’est qu’une demi-surprise, et l’on pouvait pronostiquer dès mardi soir (voir le billet ci dessous) qu’il en serait ainsi. Comme toujours dans pareil cas les deux parties estimeront avoir remporté le bras de fer. La vérité est que Laurette Onkelinx a bien revu sa position, et que le VLD n’a pas obtenu le gel complet des libérations : même dans un couple contre-nature les querelles ne peuvent se régler que quand les concubins font un pas l’un vers l’autre. Au compromis suggéré par le PS dans son communiqué de mardi après midi (consulter les familles pour les libérations provisoires) le VLD a ajouté un paquet de mesures qu’il faudra traduire sur le plan budgétaire (plus de places dans les prisons, plus de bracelets électroniques) et les deux partenaires se sont accordés sur un durcissement des libérations en défense sociale pour les délinquants sexuels. L’opposition dénonce un exercice de « mise en scène ». Ce n’est qu’en partie vrai : si l’on peut suspecter que le ton a été volontairement durci ces derniers jours, il ne fait aucun doute que la crise était réelle, au moins jusqu’à ce week end.
Sur le plan médiatique le président du PS peut en tout cas se féliciter de la sortie de crise : ce mercedi soir Elio Di Rupo était invité par les journaux des 4 télévisions (RTL et RTBF en direct, VRT et VTM enregistrées dans l’après midi).
Guy Verhofstadt doit lui faire face à un nouveau timing d''enfer. Si le discours de politique fédérale a lieu habituellement le deuxième mardi d'octobre à la chambre, Guy Verhofstadt fait savoir qu'il pourrait demander à le reporter d'une semaine.

PS : tout cela s'est donc passé mercredi, et non pas jeudi comme indiqué par erreur dans une première version... merci pour vos corrections, j'ai visiblement plus de mal à atterir que le gouvernement...

3 commentaires:

Anonyme a dit…

J'ai un gout un peu amer en bouche. On a assiste une semaine entiere a un vaudeville/spectacle sur fonds de criminel albanais revenu en Belgique mais qui ne l'a peut-etre meme pas fait.
2 questions :
1) pourquoi le corps journalistique joue dans le meme piece en faisant des directs Rue de la Loi. Tous acteurs de la meme piece pour des raisons d'audience (televisuelle / electorale) ?
2)Pourquoi aucun journalistes n'a essaye de savoir si la genese de cette cRISETTE etait averee a savoir Hoxha etait-il vraiment rentre en Belgique ?

Vincent

fabrice grosfilley a dit…

Pour répondre à vos questions :
1) Les journalistes ne "jouent pas dans la pièce". Ils relatent une crise, qui fût, j'en suis persuadé, réelle au moins dans un premier temps. Mes doutes ne concernent que l'épilogue que je soupçonne d'avoir été "mis en musique", mais c'est aussi la logique de la communication politique qui veut ça. Si nous avions la certitude d'être instrumentalisés sur une affaire nous ne la traiterions pas, bien sûr, ou pas de la même manière, c'est déjà arrivé. Ce n'était pas le cas ces jours-ci et vous devez reconnaitre que l'orsqu'un gouvernement est à l'arrêt 7 jours cela mérite que l'on s'y interesse, y compris en étant en direct rue de la loi. Il est dangereux de tirer des leçons "à posteriori", et la notion de "spectacle" relève du commentaire, pas de la nécessaire relation des faits.
2) Nous ne savons pas en effet si Hoxha est revenu ou pas. Nous avons fait notre travail en essayant de savoir ce qu'il en était (nous l'avons interviewé , il dément). Il n'y a pas de certitudes à ce propos. L'affaire a démarré sur un témoignage affirmant qu'il était revenu, et ce témoignage a été pris suffisament au sérieux pour être évoqué au parquet d'anvers. Le reste relève du débat politique. On peut effectivement regretté que ce débat dérape sur des faits non avérés, mais le débat a bel et bien eu lieu.

Olivier a dit…

"Le gouvernement a donc pu trouver ce mercredi midi une sortie honorable au différend qui opposait depuis une semaine libéraux flamands et socialistes francophones."
Une sortie honorable aurait été une reddition inconditionnelle ;)