18 juillet 2007

L'orange bleue, concentré d'acidité


Vous avez aimé la coalition violette, ses vases à 75 euros, son évasion de Termonde, ses 850 millions perdus, et son feuilleton DHL ? Alors vous aimerez la coalition orange bleue. Depuis quelques jours les gentils organisateurs nous ont convaincus : on ne sait pas combien de temps durera le voyage (2 ans ? Une législature complète ?), ni quelle sera la destination finale (Une réforme de l’état ? BHV ? Une réforme fiscale ?), mais le tour opérateur peut déjà garantir une ambiance incomparable.


Cela a commencé il y a deux semaines. La presse flamande puis quelques ténors du CD&V raillent le rapport de l’informateur. : Didier Reynders, selon eux, aurait reçu beaucoup, écrit très peu et quasiment rien déminé. Riposte du MR : la case Dehaene est inutile, elle consiste surtout en une conciliation « interne à la famille sociale-chrétien-humaniste-nationaliste » (Didier Reynders a toujours le chic des formules chocs qui font plaisir). Depuis c’est la foire.
Dehaene (qui a passé 17 heurs avec Milquet mais qui a aussi vu Reynders à 3 reprises) rend son tablier plus tôt que prévu. Une vraie surprise : samedi, il avait annoncé à ses interlocuteurs qu’il remettrait son rapport le mardi. Le lendemain c’était finalement dans l’heure qui suivait. De là à imaginer une certaine mauvaise humeur


Lundi le CDH appelait ses partenaires à instaurer un climat de respect mutuel (vous suivez l’allusion ?) puis répétait au micro de Bel RTL tout le mal qu’elle pense d’un cumul présidence de parti/ vice premier (elle vise quelqu’un ?) et ce mardi Didier Reynders en rajoutait discrètement une couche «je connais un rapport, le mien, j’attends avec impatience celui du formateur » avant de balancer « il est temps de comprendre que nous ne sommes plus en campagne électorale » (et là, vous la voyez l’allusion ?).


Bref si la coalition violette était un couple contre nature, l’orange bleu est un condensé d’acidité et d’amertume. si Joëlle et Didier dînent à nouveau ensemble un soir, cela restera une information digne de figurer dans les journaux. Surtout si ils ne cassent pas la vaisselle.

4 commentaires:

vincent a dit…

si je comprends bien, c'est le MR et Didier Reynders personnellement qui est le plus attaqué tant par le CdH que le CDV. Pourquoi lui? On aurait pu croire que les attaques les virulentes voleraient entre la NVA et la CdH, les plus antagonistes selon moi.
Le VLD se la joue profil bas. Tactique ?

Ø a dit…

Etant donné toutes las amabilités lancées par Didier Super ver Jojo et son parti, on peut comprendre en partie les actuelles difficultés de communication.
Ca promet de l'ambiance dans le futur gouvernement...

pixeline a dit…

il semble que reynders veut occuper les médias, un peu comme son idôle Sarokozy. Cela ne m'étonnerait pas qu'il devienne le premier ministre. A quel prix ? BHV avec protection de facade des droits des francophones, dont on ne vantera plus la légendaire incapacité intellectuelle à apprendre le néérlandais. C'est cela qu'on aurait dû répondre à Leterme: " ben oui, Yves, puisqu'ils sont idiots, il leur faut des facilités."

Jimmy Piette a dit…

Si on parle du postulant antique et très simple qu'un peuple se mire dans ses représentants, que pouvons-nous tirer comme conclusion pour la Belgique?

Rien de bien narcissique ou de très avantageux sur le plan de l'image.

Un premier ministres terne, sans charisme, au look de petit comptable ou greffier, dont on vante la "haute capacité de négociation et de compromis" à défaut du pouvoir de susciter l'élan et l'admiration : Maertens...

Un bon gros sauvage autoritaire, rustre et vulgaire, autocrate et adepte du favoritisme, jésuitique aux manières de cow-boy, parjure et incarnation de la blague belge à l'international : Dehaene

Un ex-jeune aux dents longues qui s'émoussent au contact d'un peuple grégaire, indifférent, sans fierté ni ambition. Un résigné dansant sur les ors oxydés d'un royaume dégénéré et un peu honteux parmi les collègues internationaux qu'on le prenne pour un talentueux élément qui a tiré la mauvaise carte et est forcé de bluffer en simulant le respect de ses partenaires de jeu de dupe. Verhofstad.

Le portait d'Yvos Lethermos, je vous laisse le faire.

En revanche, celui de Rudy Demotte, il ne reflète qu'une frange étrange de la population...une autosuggestionnée élite de la politique de salon de Bruxelles-Capitale, bld de l'Empereur, celle qui l'a choisi pour gouverner une région qu'elle ne connaît pas (hello l'IEV, mme Coppenolle, messire-pompe Delcor etc...).

Croyez-vous que Rudi éveille un sentiment de respect et d'admiration chez les wallons, qu'il leur fasse crier "haut les cœurs", qu'il puisse faire vendre du papier glacé, qu'il attire autour de lui des supporters enthousiastes??? Non, juste un petit lieutenant.

Définitivement, ce pays et ses politiques sont sans relief !

En fait, c'est très simple, imaginons une région à terre, ceux qui en ont volé ou éteint le feu, se satisfaisant de pouvoir encore frôler les vainqueurs et de prendre, pour eux seuls, un peu de leur statut, sans plus aucun espoir réel de relever la tête d'une région dans laquelle ils ne croient pas.

Enfin, je me demande souvent, en cas de rattachement à la France, ou quelqu'autre formule d'association, ce qu'il resterait de nos "élites politiques"? Les meilleurs pourraient à peine prétendre à une préfecture, à la limite un secrétariat d'état. C'est simple : ils défendent leur job jusqu'à l'absurdité par peur de devoir entrer en concurrence...