24 avril 2008

Carnets suédois

L’auteur de ce blog vient d’avoir la chance de suivre une mission de la région wallonne à Uppsala (centre-est de la Suède) en ce début de semaine. Je n’ai pas eu l’occasion d’écrire de billets sur place, mais je me permets de vous renvoyer à mes reportages sur RTL TVI. Celui consacré aux descendants des wallons en Suède, mérite, je crois d’être visionné.

Au début du XVIIème siècle prés de 5 000 wallons émigraientdans le centre et l’est de la Suède. Autour d’Uppsala la trace de leur passage est visible dans les forges et châteaux de l’époque. Surtout il existe en Suède une véritable « fierté wallonne » : 1 200 descendants des immigrés wallons sont regroupés au sein d’une association, et j’ai, à ma grande surprise, croisé en 3 jours des 10aines de suédois ravis de clamer leurs racines wallonnes. Vous avouerez que le contraste avec l’image que l’on véhicule parfois à quelques kilomètres de la Wallonie est saisissant. Commentaire de Rudy Demotte, lui aussi impressionné « cela doit rendre confiance aux wallons, et les convaincre qu’ils appartiennent à un peuple réputé pour son savoir faire et son ardeur au travail. »

Football et petite gayolle

Coté coulisse, le ministre président wallon aura laissé échappé une phrase malheureuse alors que des confrères le questionnaient sur la victoire du standard de Liège en championnat « je n’aime pas spécialement le football », avant de se rattraper « mais mon fils Sacha est un passionné ».
Reçus à dîner par le gouverneur de la région de l’Uppland les ministres wallons (Rudy Demotte et Marie-Dominique Simonet) auront été aussi impressionnés par les chants de leurs hôtes suédois (la tradition veut que pour un repas de gala une chanson accompagne chaque verre d'alcool ou de vin)… et ont rendu la politesse en entonnant la petite gayolle, ainsi qu’une chanson en picard.

Y-a-t-il un pilote dans l’avion ?

A l’aller comme au retour Rudy Demotte et Marie-Dominique Simonet auront été assis l’un à coté de l’autre dans l’avion. A l’exception de la dernière demi heure. La ministre de l’enseignement supérieur a en effet demandé à s’installer dans le cockpit pour vivre l’atterrissage entre le pilote et le copilote. Rudy Demotte ne la voyant pas revenir finira même par s’en émouvoir auprès du steward. Maire-Dominique Simonet, après avoir été directrice du port de Liège et ministre ne détesterait pas, semble-t-il, prendre un peu de hauteur..

1 commentaire:

Arte a dit…

Bonjour Monsieur Grosfilley,

Pourrions-nous avoir vos commentaires / pronostiques concernant la future crise BHV. Croyez-vous qu'il existe un risque que le gouvernement ne saute ce 8 mai ou bien s'agit-il d'un énième épisode de musculation électorale? On a parfois l'impression d'assister à du mauvais Machiavel de salon...

En vous remerciant d'avance