25 octobre 2006

L'énigme Yves Leterme


L’émission « Le Grand Défi » recevra vendredi Yves Leterme, ministre président flamand (19h45 sur RTL TVI). En préparant l’émission, j'ai bien sur relu les interviews du ministre président ainsi que le livre-entretien « Le défi » que vient de publier le journaliste du Morgen Filip Rogiers (traduction française aux éditions Luc Pire). Je reste sur ma faim : Yves Leterme y est intransigeant sur les questions communautaires (plus d’autonomie pour la Flandre, point final, sans pour autant avancer d’arguments convaincants justifiant cette autonomie et sans en chiffrer les conséquences), n’ouvre aucune piste de négociation en direction des francophones, et reste ambigu sur son parcours personnel (le 16 ne l’intéresserait pas ?).
Sur une télévision francophone à une heure de grande écoute, comment expliquera t il les propos tenus dans Libération ? Peut il continuer à assurer que la Flandre est prioritaire et porter la responsabilité d'une paralysie institutionnelle si les francophones refusent ses exigences ? Son parti peut il envisager de ne pas occuper le poste de premier ministre si les électeurs le placent en "pôle position" ?

8 commentaires:

G. a dit…

Je dois bien avouer malgré des origines wallones que je comprends de plus en plus les flamands qui demandent plus d'autonomie régionale. Vu le piètre exemple que les wallons donnent et vu l'omini présence de l'ogre socialiste comment pourrait-il en être autrement ?? La Wallonie est incapable de se réformer en profondeur et de changer ses mentalités ! Et le plan Marschall avec les affaires a encore un peu plus donné l'image d'une wallonie qui marche-mal !!

Les francophones ont souvent l'impression que les flamands veulent détruire la Belgique et prennent toutes demandes de régionalistaion pour de l'agressivité alors que (je pense) les flammands voient là un moyen de mieux faire les choses si elles étaient gérées au niveau régional.

Maintenant c'est vrai que le flandre revancharde et conquérante est souvent arrogante et aggressive avec les francophones et je crois que toute concession des francophones devra être chèrement payée par le nord. Je ne défends pas du tout les revendications flamandes mais je crois que si les francophones faisaient un effort ils arriveraient à mieux les comprendre (en tout cas pour ce qui est des motivations ...). Je trouve par contre que nous avons fait bien assez de concessions en matière de représentation flamande à Bxl, c'est une de minorités les mieux représentées au monde à Bxl ...

En ce qui concerne Letherme, son parti est le seul a avoir opté pour un système con-fédéral ... s'il devait revenir au pouvoir je ne vois pas comment et avec qui il pourrait mettre en place un tel régime ?

G. a dit…

Je dois bien avouer malgré des origines wallones que je comprends de plus en plus les flamands qui demandent plus d'autonomie régionale. Vu le piètre exemple que les wallons donnent et vu l'omini présence de l'ogre socialiste comment pourrait-il en être autrement ?? La Wallonie est incapable de se réformer en profondeur et de changer ses mentalités ! Et le plan Marschall avec les affaires a encore un peu plus donné l'image d'une wallonie qui marche-mal !!

Les francophones ont souvent l'impression que les flamands veulent détruire la Belgique et prennent toutes demandes de régionalistaion pour de l'agressivité alors que (je pense) les flammands voient là un moyen de mieux faire les choses si elles étaient gérées au niveau régional.

Maintenant c'est vrai que le flandre revancharde et conquérante est souvent arrogante et aggressive avec les francophones et je crois que toute concession des francophones devra être chèrement payée par le nord. Je ne défends pas du tout les revendications flamandes mais je crois que si les francophones faisaient un effort ils arriveraient à mieux les comprendre (en tout cas pour ce qui est des motivations ...). Je trouve par contre que nous avons fait bien assez de concessions en matière de représentation flamande à Bxl, c'est une de minorités les mieux représentées au monde à Bxl ...

En ce qui concerne Letherme, son parti est le seul a avoir opté pour un système con-fédéral ... s'il devait revenir au pouvoir je ne vois pas comment et avec qui il pourrait mettre en place un tel régime ?

Anonyme a dit…

Enfin un homme politique franc, je suis curieux de voir comment vous allez vous en sortir face à quelqu'un qui est rompu aux négociations et infatigable sur certains sujets. Je suis sûr que ce sera votre meilleur grand défi. Quand on a un grand politicien on a un bon débat. POurvu que les francophones comprennent enfin qui il est.

G. a dit…

Comment peut on faire pour assister à l'émission dans vos studios ??

fabrice grosfilley a dit…

On peut intellectuellement admettre l'argument sur une "autonomie" ou (expression employée en Flandre) des "politiques plus responsables" en matière d'emploi, d'économie, etc...
La difficulté c'est que la régionalisation de ces compétences entraine un "définancement" des politques pratiquées en Flandre et en Wallonie. J'attire votre attention sur la différence de discours entre Yves Leterme et Johan Vande Lanotte sur la question. Le premier demande (on serait tenté d'écrire "exige") la régionalisation de la politique de l'emploi (et donc des allocations chômage aujourd'hui versées par la sécu fédérale). Le second dit la même chose, mais ajoute qu'il comprend que les francophones ne souhaitent pas être financièrement perdants et propose donc de prévoir, avec cette régionalisation, un mécanisme de financement qui fixe la clef de partage entre régions et assure pour 25 ans le financement de l'assurance chômage. C'est une posture qui permet d'enclencher plus facilement la négociation.

A G. : Pour l'émission, le public (limité, une dizaine de personnes seulement) est habituellement convié par l'invité lui même.

G. a dit…

Les propos de Vande Lanotte méritait effectivement d'être repris. On doit être là autour d'une solution plus juste à la fois pour le nord et le sud. Car ne nous leurons pas il est temps que nous francophone devenions responsables de nos actes et de nos politiques ! Plus d'indépendance même en partie contrainte nous obligera à aller de l'avant et à nous rénover ! J'espère que vous demanderez à Leterme si c'est là une compromis acceptable pour lui ??

ps: si Mr Leterme n'a pas trouvé sa 10 aine d'invités pour ce soir, je pose ma candidature s'il reste un siège ...

Joe a dit…

Avec la confédéralisation, la Wallonie fonctionnera encore moins bien: plus pauvre, moins de moyens pour investir, plus d'emprise du socialisme (l'état socialiste dans toute sa splendeur!!).
Comment s'en sortir, dans ce cas? En se rattachant à une entité plus importante, pouvant réinjecter des moyens dans la région? en redevenant une région en développement, avec des salaires très bas pour réattirer des entreprises (mais qui acceptera de gagner moins et de voir le pouvoir d'achat revenir au niveau des années 50'?)?
Par contre, si on ne peut rester ensemble, je préfère le séparatisme, car au moins, 1/ Les Flamands perdront leur place dans les institutions internationales et 2/ Bruxelles ne deviendra pas flamand.

APlennevaux a dit…

à G.:

"La Wallonie est incapable de se réformer en profondeur et de changer ses mentalités ! Et le plan Marschall avec les affaires a encore un peu plus donné l'image d'une wallonie qui marche-mal !!"

Fondamentalement, je crois que c'est le PS qui a du mal à se réformer en profondeur (normal, pris dans la course à l'électeur, il brasse tellement large). Le PS restant, malgré les affaires, toujours la première force politique en Wallonie, l'un s'assimile à l'autre, ce qui est une grave erreur, car la Wallonie regorge de richesses et de talent, à commencer par sa géographie et ses gens.
Je ne vote pas PS, pourtant je peux reconnaitre que Courard et Demotte, entre autre, font du boulot dont la qualité rend la critique difficile aux flamands. Le bilan de Laurette Onkelinckx par contre est pitoyable et ne mérite pas la couverture médiatique qu'elle reçoit. Je ne veux pas attaquer la personne, mais la méthode. Demotte et Courard font, les chiffres parlent pour eux, et puis communiquent, peu et bien. Onkelinkx, elle, ne fait que communiquer, à outrance. Tant que le PS acceptera de voir ses couleurs portées par des sbires aux méthodes douteuses, c'est toute la Wallonie qui en souffira; et par extension, tous les francophones.

Enfin, Les Wallons souffrent également d'un préjugé qui leur colle une image de victime: lorsqu'un wallon réussi, on dit qu'il est belge; lorsqu'il foire, il est simplement "wallon".

Les médias devraient faire attention à ce méta message qu'ils véhiculent... Car, quoi qu'ils en disent, et peut-être malgré eux, ils ne sont jamais neutre. Quand on s'exprime, on prend toujours position. Or, par essence les médias sont d'abord des moyens d'expression de masse.