21 octobre 2006

Van Cau ignore Elio, la suite


L'affaire se joue en deux temps.
Acte 1 : peu après 18 heures ce samedi, Elio Di Rupo publie un communiqué où il demande que le MR et le CDH soient associés dès maintenant à la gestion de la ville de Charleroi. Pour le président du PS, ouvrir le colège des échevins aux futurs partenaires de la majorité plus vite que prévu, serait un signal en direction de l'opinion publique après l'incarcération de Jacques Van Gompel, un geste qui indique que le PS carolo prend conscience de la gravité de la situation.
Acte 2 : Jean Claude Van Cauwenberghe, s'exprimant en direct au journal de RTL TVI est invité à confirmer cette ouverture plus rapide que prévue. Le président de l'USC tourne autour du pot, commence par indiquer qu'il n'y a qu'un poste à pouvoir ce qui est compliqué pour deux partis, avant de signaler qu'une entrée au collège pour quelques semaines n'a pas beaucoup de sens. Le communiqué d' Elio est donc torpillé en moins d'une heure. Quelques minutes plus tard sur la RTBF c'est Olivier Chastel (MR) qui fait savoir qu'il n'est pas demandeur d'une entrée précipitée dans l'éxécutif carolo, mais le résultat est le même.
Certes Elio Di Rupo n'était physiquement pas présent à Charleroi et l'on pourra toujours évoquer un problème de communications entre les camarades. Il sembe bien cependant que Jean Claude vient une nouvelle fois de s'affranchir d'Elio, rappelant au boulevard que le vrai patron à Charleroi est le président de l'USC, lequel n'a pas d'ordres à recevoir pour mener sa barque comme il l'entend. Le retrait de Van Gompel renforce même la position de Van Cau, et le score electoral modeste des réformateurs doit relativiser le poids des oppositions locales internes.
L'acte III reste à écrire . La désignation du futur bourgmestre étant réglée par le décret Courard la suite du match Elio /Van Cau se jouera probablement sur l'acceptation ou non d'un audit sur le fonctionnement de la ville, la nomination des échevins (la rumeur qui veut qu'Alisson De Clerq, fille de Jean Pierre, soit sur les rangs est une belle provocation qui ne doit pas faire rire le boulevard de l'empereur)ou encore celle des hauts fonctionnaires qui encadreront la nouvelle équipe (le poste de chef de cabinet du bourgmestre sera sans doute politiquement sensible). Pour l'instant Van Cau a le pouvoir...et Elio trépigne.

3 commentaires:

LAH a dit…

Cette histoire commence à ressembler à un mauvais vaudeville.

Vincent Lebeau a dit…

Van Cau ne semble au courant de rien, pourtant, il a officiellement été bourgmestre en titre jusqu'aux élections de 2000... et on dit que le système Van Gompel est en fonctionnement depuis 10 ans...
Cherchez l'erreur...

Anonyme a dit…

Quand Van Cau minimise le score des réformateurs "le score modeste des réformateurs doit relativer le poids des oppositions internes"... ça l'arrange par contre et n'en tient plus compte le 25 octobre 06 quand il annonce la composition du nouveau collège communal! Des cumulards, bonjour le livre blanc!
VanCau a bien le pouvoir mais par intérêt personnel, par contre Elio continuera à trépigner s'il ne pose pas un geste fort...
un carolo