14 octobre 2006

Vote "communautaire" : appel à (s') en sortir

C’est un débat nécessaire qui devra avoir lieu à tête reposée et hors période électorale. Comment intégrer des candidats d’origine étrangère dans les campagnes électorales et quelle place leur confier sur les listes ? L’excellent article du Soir sur les interrogations qui traversent la section du parti socialiste de Schaerbeek ne peut qu’interpeller, et le témoignage de Sfia Bouarfa (reportage diffusé ce jeudi soir sur RTL) m’a glacé.
Les élections communales que nous venons de vivre viennent de confirmer la réalité d’un vote « communautaire » ou « ethnique » en région bruxelloise (en clair tout vote émis lorsqu’un électeur choisit un candidat en se concentrant exclusivement sur son origine et/ou sa pratique religieuse et en négligeant son programme, son honnêteté, sa sympathie, sa proximité … et autres critères habituels de l’élection).
A Schaerbeek il ne fait aucun doute que quelques candidats d’origine turque ont pu obtenir un vote massif de leur communauté Emil Oskara ( PS) avec 2335 voix réalise le 4ième meilleur score de la commune, Sait Kose (LB) obtient 1566 voix. Tous deux devancent des « personnalités » locales comme Jean Pierre Van Gorp, Eddy Courtheoux, Sfia Bouarfa ou Denis Grimberghs. Certes sur 60 000 électeurs dans la commune, 12 000 seraient « d’origine étrangère », et on ne remet pas en cause ici ni la qualité des candidats ni la réalité de leur travail pour se faire élire. Ce débat n’est pas celui des candidats « allochtones » (en démocratie que vos ancêtres soient marolliens, jettois, bretons ou guadeloupéens, peu importe, vos origines ne suffisent pas à déterminer votre comportement, seuls les racistes pensent le contraire) mais celui des arguments acceptables pour gagner une bataille électorale. L'origine des candidats n'est donc pas le problème, mais l'utilisation d'un sentiment d'appartenance qui exclue les autres communautés pose question.

Si le soupçon d’un vote « ethnique » ou "communautaire" existe, c’est parce que certains candidats, en campagne, ne s’intéressent quasi exclusivement qu’à leur communauté, et qu’il semble bien que des électeurs se reconnaissent dans une démarche « communautariste ». Des campagnes « groupées » appelant à votre pour des candidats de la même origine ont été constatées en région bruxelloise, et des candidats mènent parfois campagne dans une langue étrangère qui rend leurs argumentaire électoral difficile à vérifier. (Notez que Schaerbeek et sa communauté turque ne sont pas le seul exemple : à Bruxelles, Bertin Mampaka (cdh) obtient 2543 voix, mieux qu’Henri Simons ou Frédérique Ries, il a pu bénéficier d’un effet de vote « africain »).
Si Schaerbeek doit retenir notre attention c’est surtout parce que la commune fût le théâtre d’une série de dérapages. La présence d’un « loup gris repenti » sur les listes du parti socialiste interpelle ainsi plus d’un « camarade » au PS (certains candidats confiant même qu’ils ont appris la réalité en cours de campagne et que cela devra faire partie des réunions d’analyse prévues ces jours ci). Mais il faut aussi y ajouter les injures reçues en rue par Sfia Bouarfa ( PS) parce qu’elle serait une mauvaise musulmane. Ou encore les SMS et les consignes orales pour ne pas voter pour l’un ou l’autre parti au motif qu’il reconnaît le mariage homo ou que certains de ses candidats de religion musulmane boivent de l’alcool (plusieurs témoignages sur des messages de ce type délivrés à l’abord des bureaux de vote me sont parvenus). Les partis politiques qui ont suscité , cautionné ou même autorisé ce genre de campagne hideuse, même au modeste niveau local, ne devraient plus avoir de place dans la démocratie belge.
Certes il est sain que tous les citoyens (qu’ils soient belges, d’origine étrangère ou ressortissant d’un autre état) d’une commune participent à la vie locale et que le conseil communal reflète la diversité culturelle des habitants. Mais ce désir légitime d’intégration, combiné à la compétition électorale entre partis, ne permet pas tous les coups.
On voudrait ici que les partis politiques bruxellois saisissent l’occasion qui leur est donnée pour lancer une réflexion sur la place des candidats d’origine étrangères sur leurs liste, le rôle qu’on leur fait jouer et le type de campagnes qu’il conviendrait d’éviter à l’avenir.
Pour que le débat soit fructueux et utile on y ajoutera deux préambules :
1) il ne s’agit nullement de stigmatiser l’un ou l’autre communauté (l’auteur de ces lignes est un anti-raciste convaincu). Pour être concret et précis, le débat n’est possible que si l’on distingue clairement une pratique tolérante de l’islam tout à fait compatible avec l’exercice démocratique (pratique majoritaire il faut le souligner) de ceux qui tentent d’assujettir la vie politique à leur pratique religieuse (minoritaires, mais présents et actifs). Seuls la seconde option mérite qu’on la combatte, ce n’est parfois pas dit clairement.
2) Il serait sot et déplacé d’instrumentaliser ce débat contre une formation politique précise. Les exemples cités plus haut indiquent bien que le problème est en mesure d’atteindre tous les partis politiques s’ils n’y prennent garde.

6 commentaires:

APlennevaux a dit…

Lire aussi à ce sujet le blog de Mehmet Koksal, qui a dénoncé le premier ces dérives:
http://allochtone.blogspot.com/2006/10/schaerbeek-laurette-onkelinx-succombe.html

Anonyme a dit…

La meme argumentation reste vraie quand les francophones votent pour l'UF en peripherie de Bruxelles. La langue devient le premier critere devant le programme, .... Le politique plus que l'electeur joue avec le feu car ce sont eux qui s'allient sur des listes communes reniant leur differences politiques.

annick a dit…

Comme mentionné plus haut, le côté "vote francophone" est tout aussi choquant. J'ai vu des slogans "votez femmes" que personnellement, je trouve du même accabit. Je suis tout à fait d'accord pour fustiger le vote en fonction de critère "dangereux", mais il faut prendre l'ensemble de ceux-ci...

et que dire de ceux qui votent clairement dans une optique "clienteliste" ?

Brigitte a dit…

Merci pour vos remarques...mais il semble que vous êtes atteints des trouble de la vue qui concentrerai son regard sur l'autre. Vous êtes un journaliste de choc pour découvrir que des gens votent pour des personnes qui leur sont proches ou qui vivent les mêmes choses qu'eux.
J'habite en province du Luxembourg,et je peux vous faire une liste de personne qui ne votent pas pour untel car il a divorcé ou pour untel car il a une belle frimousse. C'est fou comme certaine chose peuvent prendre des grandes proportions chez l'autre quand on les déplore à peine chez soi. Le eux et le nous est une construction de beaucoup de vos confrères qui nous fait du tort à tous. En espérant revenir un jour sur votre blog en y lisant des analyses un peu plus relevé.
SVP un peu d'autocritiqueavant d'écrire un article.

Bien à vous

Brigitte

The Mole a dit…

Brigitte,

je vous trouve très sévère avec Fabrice... Les exemples de préférences électorales que vous évoquez n'ont rien à voir avec la dérive évidente que constitue le stemblok (vote communautariste) dans les entités à forte proportion de citoyens issus de l'immigration (j'en suis moi-même un!).

C'est un vrai problème dans le sens où ce réflexe mine le fondement même de la démocratie locale: "je ne suis plus l'élu de tous, au service de l'intérêt collectif, mais le représentant exclusif de ma petite communauté, au service de ses intérêts particuliers".

Cela dit, Fabrice met essentiellement la charge du problème sur les candidats qui se présentent dans cette perspective. J'estime, pour ma part, que les partis portent la responsabilité essentielle de cette dérive: ce sont les appareils qui composent les listes, qui sont partis à la chasse au candidat allochtone et qui les ont placés sur leurs listes sans toujours se soucier de leur "compatibilité" idéologique.

A cet égard, l'attitude de nos voisins du nord me semble bien plus sage: dans la perspective des législatives de novembre, aux Pays-Bas, les travaillistes et les démocrates-chrétiens ont écarté de leurs listes les candidats négationnistes d'origine turque (voir à ce propos les analyses de Pierre-Yves Lambert, notamment sur http://fr.groups.yahoo.com/group/suffrage-universel/message/3167).

Pour en revenir à la critique de Brigitte, je suis de ceux qui pensent, au contraire d'elle, que les médias ont joué un rôle particulièrement salutaire en dénonçant les dérives (essentiellement bruxelloises, il est vrai, mais qui doivent interpeller tout démocrate).

PYL a dit…

Le problème, à mon avis, c'est que les médias n'ont justement PAS joué leur rôle en la matière en n'abordant pas ces questions à l'époque où nous n'étions que deux, Mehmet Koksal et moi-même, à dénoncer la présence d'un Loup Gris sur la liste du PS à Schaerbeek, mais aussi de plusieurs négationnistes militants sur les listes PS et MR à Saint-Josse, Schaerbeek et Brxuelles. Il y a eu des sujets ciblés sur une personne (Derya Bulduk, MR-FDF à Saint-Josse) dans un JT de la RTBF en août et sur une autre (Murat Denizli, PS à Schaerbeek) dans celui de RTL une semaine avant les élections, mais le cas Denizli était connu depuis fin mai, le cas Öztürk (conseiller communal PRL schaerbeekois auteur d'un ouvrage négationniste) depuis 2005 et j'en passe.
Et ce n'est pas fini, on apprend par exemple dans le journal algérien L'Expression qu'avant les élections, "le consulat d’Algérie en Belgique a souhaité réunir “nos”candidats pour une discussion libre sur la portée de leur engagement", et dans le journal marocain Aujourd'hui le Maroc "Cuisant échec pour les "candidats" du Polisario aux élections communales belges du 8 octobre dernier. Trois candidats, connus pour leur inconditionnel soutien aux mercenaires, ont fait les frais de leur choix et l'objet d'un SMS qui a largement circulé en Belgique pour appeler à leur barrer la route.".
Le problème n'est pas que des candidats fassent campagne plus particulièrement dans "leur communauté", ni même dans d'autres langues que le français ou le néerlandais, le problème c'est le double discours, un en français pour les "Belgo-Belges", l'autre en turc par exemple, ou la campagne unilingue ni francophone ni néerlandophone.

Pierre-Yves Lambert
http://suffrage-universel.blogspot.com/
http://tractothèque.blogspot.com/