19 mars 2007

Grosse fatigue



Il n’est pas en grande forme. Dimanche soir, au moment d’entrer en salle de presse le premier ministre affichait le visage d’un homme fatigué. Les trois jours du débat budgétaire et environnemental contribuaient sous doute à marquer son visage, mais le mal-être du premier est sans doute plus profond. Acculé par des sondages où son parti ne décolle plus (17% selon la dernière étude pour la VRT et le Standaard) déstabilisé par les déclarations de ses partenaires du parti socialiste qui n’excluent plus de gouverner avec Yves Leterme, et sans doute un peu démobilisé par la fin de la législature, Guy Verhofstadt semble ces jour-ci manquer de ressort. En fin de conférence de presse, le chef de gouvernement qui a pour habitude se lever et de laisser ses ministres accorder les interviews « en face à face » avec la presse audiovisuelle, c’est cette fois-ci prêté au jeu, sans que l’on sache s’il s’agit d’une démarche délibérée (pour marquer son dernier conclave) ou d’un concours de circonstances (parce qu’il ne se serait pas lever assez vite, le premier s’est retrouvé entouré de reporters brandissant leur micros). Faut-il pour autant, comme « Le soir » de ce lundi, estimer qu’il a manqué sa sortie ? Le propos semble excessif. Il n’y a finalement pas dans ce conclave pas moins de décisions que lors des précédents. Sur l’environnement, le social ou la recherche son gouvernement a pris une série de décisions qui peuvent avoir un impact dans la vie des citoyens. Pour avoir suivi ces 8 dernières années la plupart des contrôles budgétaires celui de Louvain ne s’est donc pas tenu dans une atmosphère fondamentalement différente des précédents.
Peut être la mauvaise humeur des éditorialistes est-elle motivée par des conditions de travail un peu différentes de celle du centre ville de Bruxelles. Les confrères de la presse écrite, arrivés sur les lieux vers 16 heures, n’ont pas apprécié de devoir patienter dehors jusqu’à 18 heures et la « salle de presse » située 500 mètres plus loin n’offrait pas beaucoup de confort. Pour les journalistes TV, présents eux dès le matin, les courants d’air de Louvain valent bien ceux de la rue de la loi. A l’écart de la circulation automobile, ils sont même un peu moins pollués, c’est un début.

2 commentaires:

pixeline a dit…

moi il va me manquer verhofstadt.
Car qui a-t-on comme candidats successeurs?

Babyface Vandelanotte, Elio le dragon, ou plus vraisemblablement, Yves (en Français dans le texte) Leterme.

Un petit Belge a dit…

Je n'ai jamais compris pourquoi les membres du gouvernement fédéral ont besoin de louer un bâtiment pour leurs conclaves du week-end... alors qu'ils bénéficient gratuitement du château de Val Duchesse et de la résidence officielle du premier ministre au 16, rue de la Loi. C'est du pur gaspillage et vu les maigres résultats, cela ne me semblait pas vraiment nécessaire...