09 février 2007

De Decker rime avec bulldozer

L’ interview « choc » faisait ce vendredi la une du soir ( je n’indique pas le lien puisque l’article sera payant dans deux jours :-), mais il est scanné sur le site d' Armand De Decker). Le ministre de la coopération au développement y développe plusieurs pistes pour lutter contre la montée de la violence chez les jeunes. La plus spectaculaire, qui allait immédiatement retenir l’attention : envoyer les jeunes délinquants les plus violents dans des unités disciplinaires de l’armée. Ces 17-19 ans, parfois condamnés pour meurtre, seraient alors soumis à une discipline des plus strictes et soumis à un entrainement physique conséquent. Argument du ministre « ils apprendraient qu’il y a plus fort qu’eux, que les caïds trouvent toujours plus forts qu’eux ». Et le ministre d’assurer que cette solution serait préférable à la prison où ces jeunes sont soumis à l’influence de délinquants plus âgés. Bien sûr il n’échappera à personne que cette proposition (une simple idée à ce stade) intervient dans le contexte du démarrage de la campagne. Un style que ne renierait pas Nicolas Sarkozy, mais on n’attendait pas forcément Armand De Decker sur ce terrain, autrefois plutôt réservé, coté MR, à François-Xavier De Donnéa. Prudent le président du MR Didier Reynders indiquait à l’entrée du conseil des ministres qu’il fallait « en discuter » mais soulignait, malin, que ce n’était pas très éloigné des idées de Ségolène Royal. Coté socialiste, haussement d’épaules de Laurette Onkelinx (PS) « les travaux d’intérêt général à l’armée existent déjà pour les jeunes comme pour les adultes. C’est Guantanamo qu’il veut ? Je lui laisse le bénéfice du doute, pour qu’il s’explique ». Catherine Fonck( CDH), en charge de la protection de la jeunesse rejetait plus sèchement le projet « la vocation militaire ne repose absolument pas sur l’éducation, mais bien sur des opérations de guerre, voire humanitaires », et le coup de grâce venait d’André Flahaut, ministre de la défense (PS) qui depuis Séville, en plein sommet de l’Otan jugeait l’idée « effrayante » avant de rappeler que les unités disciplinaires, dans l’armée belge… cela n’existe même plus.

PS : A titre informatif, le gouvernement fédéral vient de décider la création de 200 places pour mineurs délinquants dans un centre fermé à Florennes, pour compléter le centre saturé d' Everberg. Faut croire que l'investissement n'en vaut pas la peine. Notez que c'est quand même sur le site d'une caserne.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

La violence des jeunes est une réalité trop longtemps négligée par le monde politique qui n'a que le mot "prévention" en bouche. Il n'y a pas de solution miracle à cette violence mais j'estime que toutes les pistes doivent être explorées. Le projet d'Armand De Decker mérite au moins d'être discuté et j'attends ceux de Laurette Onkelinx ou André Flahaut... Mais je ne me fais pas d'illusions : le PS et Ecolo n'accepteront jamais cette idée et la repousseront comme ils l'ont fait pour l'"école des caïds" proposée autrefois par le ministre Hazette. Ils doivent cependant reconnaître que la prévention ne suffit plus malheureusement...

Olivier a dit…

Il est tellement plus facile de diaboliser ceux qui propose des solutions plutôt que de définir une politique de répression à l'égard de ceux qui nous mettent ou sont susceptibles de nous mettre en danger. L'angélisme jusqu'au boutiste le plus crétin de certains conduit inévitablement à plus de problèmes dans l'avenir. Certains plus que d'autres se croient toujours au pays des bisounours....

pixeline a dit…

je trouve la réaction du PS et d'onckelynck en particulier, populiste, de tout de suite brandir "guantanamo", le mot qui fait peur pour rejeter l'idée au lieu d'argumenter sur une idée qui n'est pas neuve.
Personnellement, si pour certains délinquants l'aventure peut etre salutaire, je trouve cela dangereux de donner un savoir faire militaire dans les mains et les têtes de personnes instables. Qu'en feront-ils une fois sortis du 'stage' ?

Mateusz a dit…

Bah, s'il n'y a plus d'unités disciplinaires en Belgique, j'ai vu reportage sur un camp d'entraînement paramilitaire en Colombie... Cela pourrait intéresser De Decker.

Mais pour être certain que ce soit efficace, je propose que ce brave Armand n'aille tester le "stage" remise en conformité avec la société belge !

Anonyme a dit…

N'est-ce pas Ségolène Royal qui propose la même solution en France et non Sarko ? Cela n'empêche pas Elio Di Rupo de prendre la Thalys pour la soutenir.

G. a dit…

Mon dieu quelle honte, voilà un ppoliticien qui a osé lancer une idée neuve, une idée originale. Voilà de quoi perturber le consensus mou affiché par les 4 as ce dimanche midi chez P. Vrebos. Quel piètre débat ou plutôt quelle absence de débat ! Pas de confrontation d'idées, pas de différences entre les intervenants. On aurait presque pu décaller les noms de parti par rapport aux têtes qu'on y aurait pas vu de différence. Le spectacke était terne, pas de tribun à la barre, pas de projet mobilisateur à défendre ... Et cerise sur le gâteau Di Rupo à la fin qui nous dit que ds le jeu de alliances c'est l'électeur qui décide. Cette fois c'est sur on se fout de notre gueule ! L'homme des pré-accords, l'homme frustré du mauvais coup schaerbeekois, le voilà devenu non-calculateur ! vaste blague ... Allez heureusement que F.O.G. sur France 5 était là et puis Serge Moati ou là on assiste à de vrais confrontations d'idées. Ex de cette semaine Fçois Hollande contre Rachida Dati (UMP), là on vibre ! Mais nos hommes politiques (et femmes d'ailleurs ...) sont d'une qualité "produit blanc" de chez Aldi. Le peuple a ce qu'il mérite. Bravo à De Decker pour sa proposition, mais de toute façon tout le monde sait qu'elle ne sera jamais mise en application !!!

Anonyme a dit…

A travers son idée, je pense qu'Armand De Decker a dit tout haut ce que beaucoup de Belges pensent tout bas. Mais ne nous faisons pas d'illusions : sa proposition montre l'optique de la droite dans la lutte contre la violence (un peu à la manière de Sarkozy) mais elle n'aura jamais l'approbation du parti socialiste.
J'apprécie aussi Armand De Decker car il défend publiquement le maintien des pouvoirs actuels du Roi et, là aussi, il dit tout haut ce qu'une majorité de Belges pensent tout bas.