13 février 2007

Duel à mort



Leurs relations personnelles sont exécrables. Joëlle Milquet et Didier Reynders ne s’entendent pas. A la tête du CDH et du MR, la bruxelloise et le liégeois se sont d’ailleurs échangés ces derniers jours quelques missiles par communiqués et interviews interposés. Alors que le président du MR souligne, depuis quelques temps déjà, à quel point il est plus facile de discuter avec les libéraux flamands du VLD de Guy Verhofstadt qu’avec le CD&V d’ Yves Leterme, Joëlle Milquet ripostait ce lundi par un communiqué assassin où son parti se disait « perplexe » face aux déclarations du MR. La confrontation est montée publiquement d’un cran. MR et CDH sont en concurrence ouverte et cela ne devrait pas se calmer. Si l’on considère que le PS a de fortes chances de rester incontournable après les élections du 10 juin, libéraux et humanistes doivent l’un comme l’autre tenter de s’imposer comme le partenaire incontournable. Dans cette perspective Joëlle Milquet a longtemps pu mettre en avant une forme « d’entente cordiale » avec Elio Di Rupo et peut défendre l’idée d’une symétrie avec le niveau de pouvoir wallon. Didier Reynders a pour lui une réelle expérience du niveau fédéral, un poids électoral plus important et ses relations avec les libéraux flamands, dans l’hypothèse où ceux ci se maintiendraient au pouvoir. Entre les deux partis il y a désormais une lutte ouverte pour le fédéral (sauf si l’on imagine qu’une tripartite s’impose aussi coté francophone, hypothèse aujourd’hui peu vraisemblable). On peut même entrevoir l’étape suivante. Si Didier Reynders se retrouve dans l’opposition au fédéral, il devra probablement faire face à la grogne des autres barrons libéraux. Si Joëlle Milquet échoue dans sa conquête du pouvoir, le CDH risque d’entrer en ébullition et la contestation interne pourrait fort bien emporter la présidence. Les deux gladiateurs savent que leur survie passe par la mort (politique) de l’autre. Voilà pourquoi Joëlle ne fera pas de cadeaux à Didier. Et inversement.
PS, qui n'a rien à voir : je conseille la lecture du reportage à Jérusalem et Bethleem de Mateusz.

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Fabrice, je n'en suis plus sûr mais Joëlle Milquet n'avait-elle pas promis de quitter la présidence du CDH après les élections législatives de 2007?

Anonyme a dit…

Joëlle Milquet n'a pas tort : les avis divergent au sein du MR sur la position du parti vis-à-vis des Flamands et cela ne m'étonnerait pas que le FDF reprenne son autonomie après les élections si Didier Reynders fait des concessions communautaires.

Didier Reynders n'a pas tort : contrairement au MR, au PS et à Ecolo, ce serait suicidaire de la part de Joëlle Milquet de rédiger un programme commun avec le parti frère flamand (CD&V) ou/et de s'afficher avec Yves Leterme.

A titre personnel, j'ai le sentiment qu'on s'oriente vers une reconduction de la majorité actuelle (PS, SP, VLD, MR)...avec le CD&V s'il manque des sièges. Je ne crois pas au retour au pouvoir ni d'Ecolo, ni du CDH.

Enfin, je me réjouis que lors du débat de dimanche de Pascal Vrebos, les quatre partis aient ré-affirmé leur attachement à la monarchie. Ils sont ainsi en phase avec la majorité des Belges qui apprécient leur famille royale, le roi Albert II en particulier.

Joe a dit…

politique fiction, bien sûr, il faudra voir les urnes, mais je ne serais pas étonné d'une nouvelle alliance arc-en-ciel. Histoire de garder les mêmes, laisser le cd&v de Leterme (et le cdh) dans l'opposition. Reynders et Javaux ont l'air de bien s'entendre. Reste à voir si c'est possible arithmétiquement en Flandre.

G. a dit…

Milquet court tellement derrière le P.S. que ça en devient risible ... Elle possède la plus gde langue de bois de tout le landerneau politique belge et son niveau d'hypocrisie n'est concurrencé que par la hauteur de l'Everest !! J'espère que c'est l'hypothèse de la montée au pouvoir du MR qui l'emportera et emportera par la même occasion Milquet ... avec l'arrivée à la tête du CDH de qq'un de la branche "droite" du parti. Qq'un comme B. Cerexhe est une personne de gde qualité qui serait d'accord de s'associer avec le MR afin de jetter les "rouches" ds une cure d'opposition salvatrice !

Anonyme a dit…

La participation désastreuse d'Ecolo au gouvernement fédéral de 1999 à 2003 n'incitera pas le PS et le MR à refaire une alliance "arc-en-ciel". Ne soyons pas dupes : la grande inconnue du scrutin du 10 juin sera en Flandre où le paysage politique est morcellé. Du côté francophone, le PS et le MR ont montré leur volonté de travailler à nouveau ensemble et auront suffisamment de sièges pour le faire. De plus, si le CD&V devait participer au gouvernement fédéral, je ne pense pas qu'il imposerait le CDH avec qui les relations ne sont pas bonnes.

andré gilain a dit…

"il devra probablement faire face à la grogne des autres barrons libéraux": je ne partage pas ton analyse! DR a pas mal réussi les communales et je ne vois pas très bien qui pourrait rivaliser avec lui, fût-ce en cas d'échec aux législatives. qd on demande des noms d'éventuels opposants à des gens bien informés, ils citent des sous-conseillers communaux, mais aucun baron. tu penses à qui: michel jr? kubla? non, non, je ne vois pas...
bàt,
AG

Fabrice Grosfilley a dit…

Je maintiens mon point de vue : je ne pense pas que le MR puisse échapper à un débat interne intense dans le cas où il serait renvoyé dans l'opposition. Et je pense qu'effectivement le brabant wallon est une direction dans laquelle il faudra regarder le cas échéant. Mais nous n'en sommes pas là, et le débat reste virtuel pour l'instant.

Philippe a dit…

Moi j'ai l'impression que le CDH est devenu plus le strapontin du PS.

De plus , il faut noter une fameuse entente cordiale entre le MR et Ecolo , (surtout entre Reynders et Javaux) qui ne me déplait pas , je que Reynders peut devenir le Al Gore belge.