25 septembre 2007

La photo de Didier 1er... et son pastiche


C’est une couverture "choc". Cette semaine le magazine le Vif/l’Express se demande « en une » si Didier Reynders peut être premier ministre. Ce n’est pas une question anodine dans le contexte tendu des négociations actuelles, même si l’interrogation n’est pas neuve. A vrai dire l’idée que le président du MR pourrait avoir une carte personnelle à jouer est dans l’air depuis l’échec d’Yves Leterme à la mi-aout. Pour illustrer son propos le Vif a trouvé une photo très accrocheuse : on y voit le ministre des finances dans le décor solennel de son cabinet, dans une posture très présidentielle. Renseignement pris auprès de son porte parole la photo ne serait pas neuve, et daterait de plusieurs années. Reynders n’a donc pas voulu provoquer ses partenaires avec un cliché « en habits de premier ministre ».






La preuve que cette une a du succès ? Il existe sur le net des contrefaçons qui détournent cette image. Le cliché ci joint se trouvait ainsi sur le site « politique show » de la DH. La posture « royale » y avait encore été renforcée...jusqu'à la caricature...

7 commentaires:

Boule a dit…

De grâce, ne parlons pas de malheur !
Didier Reynders comme premier ministre serait une véritable catastrophe tant pour l'ensemble de la population belge de classe moyenne ou inférieure, mais aussi et surtout pour tous les francophones de ce pays, qu'ils soient bruxellois ou wallon : le prix que les partis flamands exigeraient en contre-payement serait si exorbitant que l'un ne peut que craindre cette perspective.
Et l'avantage serait bien maigre en échange : uniquement l'assouvissement d'un désir personnel de pouvoir, fut-ce au détriment de tout le reste, une illustration d'un historique "après moi, le déluge !"
Si Didier Reynders a le moindre soupçon de respect réel pour la population belge francophone, et même déjà rien que pour ses électeurs (qui m'importent nettement moins), alors qu'il ait la décence de renoncer à ce fantasme dangereux et qu'il concentre ses efforts à une discussion honnête avec ses partenaires francophones, tous ses partenaires politiques francophones, sans ses exclusives stériles et à courte vue autant que méprisantes, pour préparer ce que plus aucun observateur attentif ne considère comme improbable : qu'il se concentre sur la préparation urgente et indispensable de la Belgique de demain, celle qui aura vu les partis flamands faire volontairement "s'évaporer" ce qui reste de l'ancienne Belgique, après en avoir pillé systématiquement tout ce qui en faisait la valeur ajoutée.

Anonyme a dit…

Ayant lu l'interview allant avec la couverture du Vif, Reynders dit, si je ne me trompe, que avoir envie d'être premier ministre est une ambition normale pour un homme politique, mais qu'à l'heure actuelle il ne lui semblait pas qu'il y ait une majorité autour de lui dans cette fonction-là et que donc, ce n'était pas à l'ordre du jour.
A chacun ses idées politiques, mais trouvez-vous vraiment que cette réponse manque de respect vis-à-vis des francophones?
Ce n'est pas lui qui se pose en potentiel premier ministre, mais la presse qui joue son rôle en émettant des suppositions et, pour ce cas précis, en mettant un titre choc en 1ère page.
Moi je trouve que, si ce poste devait un jour revenir aux francophones (et oui, pourquoi pas? on est un peu moins de la moité de la population de ce pays!), il serait le candidat le plus apte à la fonction. Elio Di Rupo est beaucoup plus enclin à l'assouvissement d'un désir personnel de pouvoir...

G. a dit…

Je suis toujours surpris pas cet incroyable manque d'ambition et de volontarisme chez certains francophones. Selon "Boume", la volonté de Reynders de devenir Ier Min ne serait dangereuse ! Au nom de quoi ?? Puisque vous pensez que Reynders serait dangereux pour les classes moyennes et "inférieurs", j'en déduis que vous auriez certainement préféré un elio Di Rupo premier Ministre, Happart vice-premier et Daerden aux réformes ?? Si la flandre veut plus de compétence aujourd'hui faudrait p-ê en chercher les causes ? Pour moi : le décalage économique entre le nord et le Sud. A ce décalage, un parti porte une très lourde responsabilité, le PS omni-présent en wallonie depuis des décénies ! A force de ne rien faire et de vivre sur ses acquis (et surtout les conserver), 60% de la population a avancé et 40% a regressé ! Les flamands en ont marre du boulet wallon et franchement peut-on leur donner tout à fait tort ??? A mes yeux le PS porte la principale responsabilité ds la crise actuelle car il a laissé les différences entre sud et nord s'accentuer par sa passivité !! La seule manière de sauver la "Belgique" est d'aller plus loin ds le fédéralisme (d'union). Si les francophones disent non à tout alors c'est sur les flamands partiront ! On ne peut courrir le risque que les wallons refusent plus d'autonomie ds certaine matière à la Flandre au risque d'être pris pour des profiteurs vivant sur le dos des autres ! Les électeurs francophones ont choisi pdt des décénies l'immobilisme, aujourd'hui ils vont devoir se prendre en main et s'auto-responsabiliser ! Les vieux "belgiquains" nostalgiques sont les fossoyeurs de demain ... La Belgique politique tel que nous la connaissons aujourd'hui est morte, demain doit s'ouvrir un nouveau chapitre de la réforme, de la responsablisation, la wallonie a besoin de faire sa révolution économique !

Pierre Demeule a dit…

Non, ce qui est dérangeant (enfin, personnellement,ça me dérange), c'est que cette couverture illustre parfaitement la personnalité de Didier Reynders et les valeurs du parti qu'il représente : M. Reynders transpire la prétention et l'autosatisfaction dans ce cadre on ne peut plus bourgeois. Cette image me fait penser à la couverture du livre paru il y a quelques mois et intitulé "Didier Reynders, l'homme qui parle à l'oreille des riches" (où l'on voit M. Reynders en train de trinquer avec le richissime Albert Frère). N'oublions pas que Didier Reynders symbolise la défense des privilégiés au détriment des classes moyennes et plus pauvres ; son parti, par sa politique d'allégement de la fiscalité sur les gros revenus vide les caisses de l'Etat, au détriment de la solidarité entre toutes lec couches de la population.

jpoleke a dit…

Un petit complément aux compliments du Pan: http://www.lepan.be/?p=1935#comments

Jpoleke a dit…

Un petit complément, personnel, aux compliments: à l'époque de Jean Gol, le jeune Didier Reynders était surnommé par leur entourage politique "bébé requin"...
Tiens donc.

Anonyme a dit…

moi je trouve qu'il faut deux premiers ministres , chacun un mi-temps et payé mi-temps .
En fait l'un traduit ce qu'a voulu dire l'autre ...mais comme ils n'ont rien à dire ou plutôt caucus en cachette .... c'est grave cette démocratie belge ....tient moi , républicain je préféré Albert.. c'est quand même lui qui doit imposer une coalition ...et il y en a trois de possible.