13 décembre 2006

Les apprentis sorciers

La RTBF vient ce mercredi soir d’offrir un spectacle consternant : une fausse édition spéciale annonçant la fin de la Belgique. Dans cette fausse édition spéciale on a pu voir les journalistes habituels du journal télévisés commenter un événement fictif. Certains hommes politiques se sont prêtés au jeu (d’autres prétendent avoir été abusés, c'est dire). On a également vu des policiers participer à cette mise en scène douteuse. La RTBF qui avait tout d’un coup retrouvé des moyens a multiplié les duplex et nous a même gratifié d’une séquence en hélicoptère. Beaucoup de téléspectateurs y ont cru (même le standard de RTL fût inondé d’appels de téléspectateurs paniqués. Des ambassadeurs se sont laissés abusés et ont alerté leur capitale. Il aura fallu (si je suis bien informé) l’intervention d’un cabinet ministériel pour que le bandeau « ceci est une fiction » apparaisse au bout d’une bonne demi-heure à l’écran. La vivacité des réactions (communiqué du premier ministre, du MR, d’Elio di Rupo, d’André Antoine, etc…) est à la hauteur du scandale. On ne mélange pas info et fiction (Orson Welles l’a fait, mais il n’était pas journaliste). On ne joue pas avec un thème aussi sensible que la fin d’un Etat lorsque des tensions réelles existent. On n'utilise pas des images de guerre pour faire peur au telespectateur (le parachutage d'un commando sur l'emetteur de Reyers étant un sommet). La RTBF a joué mercredi soir aux apprentis sorciers : en expérimentant « en direct » le pouvoir de la télévision. Sans se soucier apparemment des conséquences.

45 commentaires:

Pascal a dit…

Je confirme ils sont devenus complètement fou

Anonyme a dit…

Ben franchement vous me decevez sur ce coup là. IL fallait vraiment être idiot pour ne pas comprendre à la fiction...

pixeline a dit…

Je ne suis pas du tout d'accord avec vous: je me suis fait avoir également, car je regardais Question à la Une et je suis tombé dans le panneau. Après une dizaine de minutes, c'était clair que c'était un canular. Mais cela a eu le mérite de secouer le cocotier et de pousser le débat un cran plus loin. Le jeu de rôle est d'ailleurs une technique manageriale permettant d'éviter de commettre des erreurs, au même titre que la sophrologie. La RTBF n'a pas pris ses spectateurs pour des cons (pour une fois), et je l'en remercie.

Je vous trouve mauvais perdant et donneur de leçons sur ce coup là, mais je ne fais sans doute pas partie du public cible de RTL.

Mateusz a dit…

Pour une fois que la RTBF n'est pas consensuelle... elle lance un fameux pavé dans la mare.

Je comprends les réticences mais personnelement, je suis fan. Le débat est lancé sur la Belgique et ce qu'elle va devenir.

En tout cas, les écoles de journalisme vont avoir de quoi parler pour un moment ! ;-)

G. a dit…

Franchement pour une fois aue la RTBF nous montre qu'elle en a ds le pantalon, voilç que vous la critiquez ... Je ne suis pas du tt d'accord avec vous ! Avec un rien d'esprit critique la supercherie était évidente en qq secondes (je n'y ai d'ailleurs pas cru une seconde), le dessein de Félicien Rops était un élement important et présent à l'écran depuis le début ! Le fait que ni TVI ni la VRT n'aient déccrochés sur l'évenement étai la preuve finale. Bravo, mille fois bravo à la rtbf (que pourtant je critique vertement en général ...) pout avoir osé, avoir bousculé l'avenir de la Belgique !!

Vous devenez franchement risible qd vous parlez des paras sautant sur Reyers, à ce moment pplus personne ne croyait à la fiction !

Finalement les hommes politiques râlent car c'est leur propre image qui leur est renvoyée ... On a bien constaté l'écart entre la volonté des belges et ce que nous préparent les politi-tocards ... Ils ont eu peur d'aux-mêmes, tant mieux !!!

Jean-Paul Moratin a dit…

Bravo pour cette excellente fiction.
Les politiques accusent la RTBF : pourquoi étaient ils présents au débât ?
Il fallait être stupide pour croire à la réalité de cette édition spéciale : il suffisait d'aller faire un tour sur les autres chaînes.
S'il y a des sanctions, c'est que la liberté est en danger !

Tatayet a dit…

C'était un fameux coup de pied au cul pour la population, et elle en a besoin d'urgence! Je dis bravo à la RTBF. Parfois il faut malheureusement faire mal.

Les politiciens ont eux besoin de plus qu'un coup de pied. S'ils regardaient pour une fois le fruit de leur "politique" au lieu de créer (encore) un écran de fumée d'indignation?

François a dit…

Les responsables de la RTBF auraient bien fait de s’inspirer du bon mot du regretté P. DESPROGES : « on peut rire (ou pleurer) de tout, mais pas avec n’importe qui ! ».
C’est moins le sujet de l’émission que le manque de discernement des téléspectateurs qui m’inquiète ; si 89% de ceux qui ont appelé le 070/22…. sont prêts à croire à un canular aussi gros (mais pas trop mal monté, il faut le dire), en négligeant les possibilités de réactions des médiats concurrents (télés étrangères et nationales, radio,…), c’est que la télé a une influence bien plus néfaste que je pensais sur nos facultés de réflexion et d’analyse.

Malheureusement, les dirigeants de la RTBF ont depuis bien longtemps une vision trop optimiste du niveau intellectuel et culturel de l’ensemble de la population à laquelle ils s’adressent. Les faux reportages étaient pourtant parsemés d’indices révélateurs de la supercherie (nationalistes flamands étrangement calmes devant leur parlement, place d’Anvers noire de monde mais sans drapeau noir et or, place des palais bien trop tranquille, « logo » de « tout ça ne nous rendra pas le Congo », en haut, à gauche de l’écran durant toute l’émission spéciale (et pas l’édition spéciale). Inquiétante aussi la réaction de certains ambassadeurs…

Très habile cependant de la part des responsables de la « grille » d’avoir interrompu le sujet très racoleur de DEFOSSE (« A quand la fin des d’allocations de chômage en Belgique ? » et « Les Flamands sont-ils plus corrompus que leur voisins du Sud ? »)… le terrain était bien préparé, ça promettait de l’audimat…et pour cela du moins, la réussite fut totale !

J’attends avec impatience l’édition du JT de ce midi !

Jonathan Loriaux a dit…

Il est dommage de penser un instant que la RTBF a pu ne pas se rendre compte de ce qu'elle allait faire.

Il s'agit tout de même d'une expérience qui semble-t-il a été préparée de très longue date. Pour ce convaincre de la préparation, on notera qu'à tous moments, le directeur de l'information était sur le plateau du direct et que le directeur général était présent lors du débat.

Il s'agit d'un exercice de style, peu habituel il est vrai, mais d'un exercice de style quand même.

Le journalisme peut aussi passer par de la mise en scène, il n'était pas question d'abuser des gens, mais bien d'être pédagogue en transmettant des émotions difficiles à transmettre à la télévision !

Anonyme a dit…

Cette émission était salutaire. Enfin des journalistes qui OSENT secouer le cocotier médiatique et provoquer le débat plutôt que de recopier en les diluant dans leur prose mollement consensuelle les dépêches Belga. Mille fois bravo à la RTBF. C'est sûr que ce n'est pas sur RTL qu'on verra jamais ce genre d'émission.

danielb a dit…

Moi j'ai trouvé cette émission géniale. Il y avait du Orson Welles à la RTBF hier soir. Même si après 10 min. on pouvait se rendre compte qu'il s'agissait d'un canular ou au moins se poser la question. Ce que moi je trouve consternant, c'est que des diplomates, des rédactions de journaux importants, des"têtes pensantes" soient tombés aussi facilement dans le panneau. C'est peut être ça qui les choques aujourd'hui. Enfin, sur ce coup là je vous trouve bien mauvais joueur.

Francois Gemenne a dit…

Fabrice,

Etes-vous sûr de ne pas être un peu jaloux que ce soit la RTBF, plutôt que RTL, qui ait eu cette idée géniale ?

Je vous trouve assez mauvais joueur, et cette posture de donneur de leçons ne vous va pas du tout, je trouve.

François.

Anonyme a dit…

Bravo à la RTBF. Enfin du journalisme qui ose sortir de la simple resucée consensuelle jusqu'à l'échoeurement des dépêches Belga.

Ce n'est certes pas sur RTL que l'on verrait cela.

Anonyme a dit…

10 sur 10 pour RTBF !!

Bravo!

soy a dit…

"le parachutage d'un commando sur l'emetteur de Reyers étant un sommet"

A ce moment la si on ne devine pas la farce, c'est qu'il y a un serieux manque de second degré (comme la 10eme boule secrete de l'atomium caché sous terre avec sous terrain et tout le bazard).

Prendre un peu de recule de fait pas de mal et permet de comprendre l'objectif (réussi) de la rtbf.

Moi je dis Bravo !

Franz a dit…

Meuh non, c'était hyper gros, c'est parfaitement incroyable (et très révélateur) que ça ait pu marcher. Il faudrait saisir la balle au bond pour lancer un vrai débat sur l'avenir de la Belgique plutôt que de s'indigner d'un canular que n'importe qui pouvait détecter très facilement en une minute.

Pijean a dit…

Je dis bravo à la RTBF.

Oui à l'audace, le réactif, le dépassement des petites certitudes...

Non à la télé-réalité poubelle, au formattage d'esprit bien-séant, à la critique de salons de caviar.

Les politiciens et journalistes (non impliqués) ont réagit trop vite et ces réactions vont à l'encontre d'une majorité du public qui en a assez d'être des veaux suivistes vers des soi-disant progrès. Il y a beaucoup à parier que ces premiers vont tempérer leurs critiques en apprenant que cette population approuve majoritairement cette prise de responsabilité ertébéienne.

Anonyme a dit…

Il va falloir sérieusement réfléchir à l'avenir de la RTBF.
Moi, je ne paye pas des impôts pour monter des coups de com' avec des infos bidons.
Les journalistes exigent d'être soustraient aux lois du marché pour pouvoir fournir une information indépendante et de qualité, ca peut se comprendre. Mais pas si c'est pour diffuser des âneries.

http://contrelartbf.hautetfort.com

Benjamin a dit…

Bravo à la RTBF qui a retrouvé de l'audace et de la créativité. Désolante réaction des hommes politiques qui s'indignent que la RTBF présente un scénario qu'eux même agitent comme une menace réelle...

Michael a dit…

Je suis vraiment mitigé par rapport à cette initiative, Il serait mal venu de la part de quiconque travaillant à la concurrence de s'ériger en donneur de leçons. Néamoins, je me pose également la question de savoir quelle aurait été la réaction du public ( et de la RTBF ) si RTL avait fait ce qu'il faut bien appeler tout de même à mon sens ce "coup médiatique".

J'étais hier soir dans la maison d'en face à l'heure de la diffusion de l'émission. Nous avons dû faire face à une vague de protestations, d'insultes, et de personnes appelant le standard pour hurler leur détresse, pleurant, et parfois au bord du malaise.

Nous avons choisi de lancer un appel au calme.

Partagés entre colère et stupeur, chacun exprimait son opinion. Je relève tout de même que la majorité des messages diffusés sur l'antenne de la RTBF émanant des téléspectateurs semblaient plutôt positifs, parfois enthousiastes, alors que sur le blog de l'émission de la RTBF et dans les réactions que j'ai pu percevoir depuis mon studio les réflexions étaient, au contraire, assez virulentes.

Tout cela aura eu le mérite, au moins, de suciter un débat sur le fond du problème communautaire, mais aussi sur le rôle des médias et la puissance qui est la leur. Il faudra encore davantage s'en souvenir lorsque nous prendrons le micro.

Wali a dit…

Et bien, moi, je rejoins Fabrice.
Je ne comprends d'ailleurs pas comment on peut soutenir l'attitude de la RTBF, irresponsable et peu professionnelle.

La tristesse des médias audiovisuels actuels, c'est qu'ils se basent plus sur l'émotion que sur la raison.

Anonyme a dit…

Avis moralisant et inintéressant. La rtbf a osé, innové. Elle a ouvert le débat à tout le monde. C'est les réactions des politiques et la votre qui sont scandaleuse, inutile,...

Je ne reviendrais plus sur ce blog.

Anonyme a dit…

RTBF: 10 points !
BRAVO!

Anonyme a dit…

Enfin une rtbf pas politiquement correcte et vous ne la soutenez pas ???

C'est incroyable de voir la différence de réaction entre d'un coté les membres de la belgique du haut ( politiques, journalistes,...) et le citoyen lambda.

Il y a décalage très fort...

Anonyme a dit…

Un peut de réelle vie dans la fiction belge.
Merci RTBF.
LG

phil a dit…

Belle leçon de démocratie que cette émission d'un service public moderne. Innovante et audacieuse quant à la forme, pertinente quant au fond, courageuse étant donné les réactions immanquablement négatives qu'elles allaient entraîner. Bravo et merci. Les politiciens francophones et leurs toutous pleurent, tous partis confondus, leur jouet cassé. Il n'y a qu'eux qui puissent traiter des sujets importants et décider de comment traiter ces sujets, à l'aide d'une presse obéissante, prévisible, instrumentalisée. Le service AU public a choisi de court-circuiter le monde politique, c'est un crime de lèse-majesté. Et comme on ne peut pas le dire comme ça, on va faire appel aux manquements(en vrac) à l'éthique, à la déontologie, à l'honnêteté intellectuelle ..., comme par exemple de décréter "on ne mélange pas info et fiction". C'est oublier, cher M. Grosfilley, que certains romans, pièces de théâtres ou films ont eu, depuis des siècles, un impact sur les sociétés bien supérieur à celui que n'aura jamais le mélange "paillettes-info" proposé par RTL-TVI. Sur ce coup-ci, l'éthique ertébéenne vaut largement celle de votre employeur.

The Mole a dit…

La crédulité aveugle m'inquiète plus que le recours (certes critiquable) à l'infofiction...

zozoc a dit…

"Sans se soucier apparemment des conséquences."
Quelles conséquences? Anne Quevrin a fait un infar?
Jaloux!

Anonyme a dit…

Moi c'est du point de vue journalistique que je me place. Ce soir, dans une heure vingt, c'est lequel des De Brigode qu'on va voir sur l'écran: le journaliste ou l'acteur de cinéma?
Je me fous pas mal que ce canular traite de la fin de la Belgique ou de la culture des petits pois en Amazonie. Ce que je vois, ce sont des journalistes qui duffusent sciemment de fausses informations. Comme si la Banque Nationale émettait de faux billets...
Connards... Déjà en perte de crédibilité, vous voilà maintenant des clowns. A quand un strip d'Anne Delvaux?

Philippe a dit…

Belle leçon de démocratie que cette émission d'un service public moderne. Innovante et audacieuse quant à la forme, pertinente quant au fond, courageuse étant donné les réactions immanquablement négatives qu'elles allaient entraîner.
Bravo et merci.

Les politiciens francophones pleurent, tous partis confondus, leur jouet cassé. Il semblerait n'y ait qu'eux qui puissent traiter des sujets importants et décider de comment traiter ces sujets, à l'aide d'une presse obéissante, prévisible, instrumentalisée. Le service AU public a choisi de court-circuiter le monde politique, c'est un crime de lèse-majesté ! Et comme on ne peut pas le dire comme ça, on va faire appel (en vrac) à l'éthique, à la déontologie, à l'honnêteté intellectuelle ..., comme par exemple de décréter "on ne mélange pas info et fiction". C'est oublier que certains romans, pièces de théâtres ou films ont eu souvent depuis des siècles, un impact positif sur les sociétés bien supérieur à celui que n'aura jamais le mélange "paillettes-info" proposé par RTL-TVI.

Merci aussi de nous avoir (dé)montré que les citoyens doivent faire preuve d’esprit critique et ne pas gober tout cru - ou plutôt prédigéré - ce que les médias jugent bon de nous présenter. On se souvient encore de Mr Verhofstadt et de son célèbre sketche des 200.000 emplois, diffusé sur toutes les chaînes belges. Le scénario était-il plus plausible que l'éclatement de la Belgique ? Et pourtant bien des gens y ont cru (ou fait semblant de ...). On n'a pas vu non plus la banderole "ceci est une fiction" sur l'écran et il n'y a pas eu de vociférations indignées ni de têtes coupées.

L'acharnement que mettent nos politiciens à réclamer des têtes dans cette affaire me rappelle les éructations violentes qui ont suivi la publication des pseudo-caricatures danoises.

Fabrice Grosfilley a dit…

Je n'ai pas le temps de rédiger un nouveau billet ce soir. Si la supercherie était "visible" pour une partie du public, je pense que plusiuers commentaires ci dessus font erreur : pour la majorité du grand public la première partie de l'émission ne pouvait pas être vécue comme une fiction mais bien comme une réalité. Rappelez vous que l'on zappe d'une chaine à l'autre, et que tout le monde ne lit pas des journaux ou ne suit pas l'actualité politique avec assuidité ou même interet. Je suis frappé du décalage entre la réaction de la majorité des telespectateurs et celle d'une "classe intellectuelle". La télé est un média grand public, dont la puissance émotive est réelle. C'est cela que la RTBF a sous estimé hier.
Plus grave , une telle diffusion a été troublante pour des ambassadeurs qui ont alerté leur capitale, pour des services de renseignements qui ont contactés leurs homologues belges et même pour des hommes politiques de haut niveau. Que la BBC et la chaine américaine CNBC la relaye indique bien, que contrairement à la RTBF prétend, la notion de fiction n'était pas compérhensible. La RTBF a voulu faire un coup. Je signale que certains journalistes de la chaîne ont d'ailleurs refusé de participer à ce faux journal.

Wali a dit…

Merci d'avoir publié mon com', Fabrice.

Anonyme a dit…

!!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF
!!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF !!! BRAVO à la RTBF

Daniel a dit…

Bon, apparement, je fais partie des 89% de crétins qui y ont cru. Pas jusqu'au bout (zapping sur TVI: rien, pas même un bandeau annonçant une prochaine édition spéciale ...).

Si la RTBF se défend aujourd'hui en rappellant que c'était gros comme une maison, je pense qu'au départ ils ont tout fait pour qu'on y croit, au moins un instant. Dire le contraire serait se foutre du monde: on ne monte pas un projet comme celui là si on ne veut pas faire l'effet d'une bombe.

Ce qui me dérange aujourd'hui est que l'on parle "d'électro-choc salutaire". Ce qui revient à dire : "la fin justifie les moyens". Non la fin ne justifie pas les moyens; sinon, mettre des électrodes sur les parties intimes d'un présumé terroriste pourrait aussi passer pour un "électro-choc salutaire" (ben oui, on va sauver des vies s'il crache le morceau).

Restons sérieux: la RTBF a une mission de service public. Elle est chargée tout à fait officiellement de communiquer des informations vitales au public en cas de catastrophe. C'est aussi pour ça qu'on y a cru. Je pense, comme beaucoup que la crédibilité de la chaine a été écornée et je ne pleurerais pas sur des têtes qui tombent. Cela pourra peut-être restaurer la confiance (mais j'en doute).

pixeline a dit…

Monsieur Grosfilley,

Je vous trouve vous ainsi que la chaîne qui vous emploie particulièrement mal placée pour donner des leçons de journalisme à quiconque. Les gens qui lisent le journal auront, eux, droit à une couverture un peu plus impartiale.

Le journal de RTL de hier soir était un vrai modèle de télévision Orwellienne. Votre rédaction a donné une couverture à 100% négative du coup tenté par la RTBF, au lieu de relever la quantité importante de réactions positives, une fois le premier choc passé. Vous avez gonflé le phénomène dans ses aspects négatifs sans jamais relever les réactions positives, voire même le potentiel qu'offre ce coup pour l'avenir de la Belgique. Notamment, vous avez victimisé la famille royale à qui on fait, n'est-ce pas, communément jouer n'importe quel rôle, murée qu'elle est dans son devoir de retenue, et ce faisant, contribué à véhiculer l'image de prince "pédé" de notre prochain roi (ainsi donnant du grain à moudre au courant séparatiste).

Pour moi, la rédaction info de RTL vient de commettre un crime beaucoup plus grave, une vraie insulte à l'intelligence. RTL utilise le pouvoir de la télévision à des fins personnelles, là où la RTBF l'a utilisé à des fins collectives.

Oui la télévision, que les gens qui la font le veuille ou non, a un pouvoir énorme d'inflexion de la société; la RTBF a utilisé ce pouvoir pour secouer la fibre nationale, et réveiller les consciences. Et alors? N'est-ce pas salutaire? Vous n'êtes pas que journaliste de RTL monsieur Grosfilley, vous êtes également belge. Vous vous grandiriez à reconnaitre le potentiel positif d'un tel coup, et surtout, de lancer ce débat national sur l'avenir du pays et sur l'organisation d'un référendum permettant une fois pour toute de connaitre la volonté de la majorité. Et ce, maintenant, tant que le fer est chaud.

Anonyme a dit…

Bravo Fabrice de critiquer si facilement la RTBF. C'est courageux :)) C'est tellement plus facile de programmer les Experts et ne pas s'emmerder a essayer de faire reflechir le peuple.
Vincent

annick a dit…

Mr Grosfilley,

ne trouvez-vous pas inquiétant que des ambassades ou des services de renseignement soient aussi facilement tombés dans le panneau ?

J'ai entendu lors d'un JT une itw par téléphone de Louis Michel, qui disait qu'il a failli rentrer du Congo !

Ce manque de recul de la part de nos dirigenats ou de nos représentants, je n'en reviens pas.

Charly a dit…

Mr. Grosfilley,

Si l'on peut disserter ad vitam aeternam sur la forme de l'émission, il n'en reste pas moins vrai, à mon sens, qu'elle a l'immense mérite d'avoir réellement fait prendre conscience d'un possible avenir de ce pays et des conséquences que celui-ci entraînerait. Il était plus que temps.

Je suis désolé d'avoir à le dire, mais ce n'est certainement pas chez votre employeur que l'on aura un jour la chance de se voir proposer un sujet qui fasse réfléchir, tant est pauvre et consensuelle l'info prémachée qu'aussi bien RTL-TVI et BEL-RTL proposent. C'est vraiment la rubrique des chiens écrasés; pas la moindre analyse, pas la moindre réflexion, les sujets importants sont systématiquement traîtés à la va-vite en fin d'émission, quand ils le sont. Vos journaux sont d'une pauvreté affligeante.

Mais, hélàs, ça marche...

Et je me demande dans quelle mesure vous (RTL) ne participez pas en partie à l'abrutissement de la société.

D'autre part, ce n'est pas parce que certains "hauts personnages" sont tombés dans le (grand) panneau que l'émission doit être condamnée.

Etre "haut placé" n'est pas synonyme de clairvoyance, nous en avons assez d'exemples pathétiques en Belgique; vous devriez le savoir bien mieux que moi.

Ca prouve qu'au moins, l'émission était remaquablement bien faite.

Fabrice Grosfilley a dit…

M. (ou Mme) Charly :

Il ya des choses que je ne peux pas laisser dire ou écrire. Contrairement à votre accusation calomnieuse et gratuite les journaux de RTL TVI et de Bel RTL couvrent la totalité de l'actualité. En ce qui concerne le débat communautaire, je vous informe (sans doute ne l'avez vous pas vu) que nous avons reçu Yves Leterme pendant 50 minutes à une heure de grande écoute pour discuter, avec lui, de l'avenir de la Belgique. C'était une émission d'info, on y pas moins appris sur les intentions flamandes que lors du happening de mercredi soir, et nous avons fait cela sans traumatiser personne. Et à titre indicatif, ce débat a eu une audience supérieure à celui animé par Olivier Maroy sur la RTBF mercredi soir.

Pijean a dit…

Inutile de tomber dans le panneau de la gue-guerre RTL-RTBF.
Les 2 chaines sont capables du bon et du moins bon et il en faut pour les goûts de chacun.

Ce qui est décevant c'est de ne pas reconnaitre le moindre point positif de l'émission de la RTBF.
Est-ce si difficile ou pensez-vous vraiment que rien de positif n'est sorti (ou sortira) de cette émission?

ludovic a dit…

Depuis la diffusion de cette série belgo-belge à une heure de grande écoute (bien plus palpitante, il est vrai, que Septième Ciel), la RTBF ne fait que s'auto-justifier piteusement. Au journal de 13 heures de ce vendredi, elle a encore passé 10-15 minutes à re-re-re-décortiquer les conséquences de son poisson d'avril automnal, en se félicitant même d'avoir été citée (descendue en flammes) par une télévision russe (sic).
Sur tous les autres médias ? Pas un mot ! Le soufflé était déjà retombé.

Où est le débat sur l'avenir du pays que l'on promettait flamboyant ? Quelle actualité abrupte et urgente nécessitait la mise en place et la diffusion d'un tel dispositif mensonger (et coûteux pour le contribuable) ?

Quasiment partout dans le monde, la RTBF se ridiculise. A lire bon nombre des commentaires postés ici, je me demande si nous partageons la même planète.

Pour terminer, je n'accepte pas non plus que l'on traîne RTL dans la boue en brandissant des clichés éculés. Obligée bien malgré elle (et comme tous les autres médias) de s'emparer du "phénomène", la chaîne privée n'a fait que son devoir : recadrer les choses. "Sans jamais donner de leçon de déontologie", comme l'a souligné son directeur des programmes.

En diffusant ce qu'il faut bien appeler un faux JT, la RTBF n'a absolument rien apporté au débat sur le séparatisme. Au moins Jacques Jossard, au temps du Tatayet Show, était plus drôle !

Jeudi, le journal d'RTL montrait comment les membres flamands de la délégation économique accompagnant le prince Philippe en Roumanie ont fait comprendre à un orateur de ne pas s'exprimer en français. Leur hôte a souri, avant de poursuivre... en roumain ! Ce reportage de 2 minutes nous en apprend bien plus sur notre triste mentalité communautaire que la farce de mercredi, mise en scène par le sevice public. Mais il est vrai que la RTBF n'était pas présente à Bucarest... manque de moyens, sans doute ?

La RTBF voulait faire réagir. Jamais elle n'a informé son public avec le sérieux qu'on attend d'elle.
Cela s'appelle un coup dans l'eau.

G. a dit…

D'accord su le dernier point de ton post Ludovic. La scène bulgare était incroyable de lamentable esprit de cloché ...

Pour le reste, je trouve effectivement que RTL a manqué de dicernement et a tiré à boulet rouge sur la pravda de Reyers ... C'est un peu dommage !

En tout cas si les ambassades étrangères et L. Michel n'ont d'autres sources d'infos que la RTBF alos l'heure est très grave ! Faut qd même pas se foutrre du monde, imaginez gros loulou recevant des appels sur son G et décidant de rentrer illico en Belgique sans même chercher à recouper l'info ... Inconcevable. Je trouve l'attitudes "des" politiques lamentables, ils font tous les vierges effarouchées alors qu'ils s'avaient qu'une émission particulière se préparait ... José Happart en a certainement parlé à ses camarades ... Mais tous font les innocents ... Ridicule ! Si à chaque fois que la rtb donnait une info Michel devait la croire, y a longtemps qu'il aurrait du changer de métier ...

J'ai regardé le débat avec Letherme sur votre chaîne, il était très bien ! Quand confronterez-vous les politiques aux citoyens ?

Jaco ( Namur) a dit…

On le savait déjà mais, une fois de plus, nos "politiques " ont été ridicules dans cette affaire.
Et une bonne partie d'entre eux savaient.. et on joué les vierges effarouchées! C'est lamentable!
Mille bravo à la RTBF, ils vont entrer dans les livres d'histoire de la démocratie!

Marc a dit…

Je m'étonne des mots utilisés par certains internautes pour qualifier les personnes qui ont cru au canular . On peut lire " crétins, idiots, .... ", mots lourds de sens dont les utilisateurs ne semblent pas connaître le sens exact. Rien que l'emploi de ces mots discrédite ceux qui les utilisent et leur point de vue. Ces personnes seront-elles aussi clairvoyantes dans l'avenir pour mener à chaque JT une analyse critique des infos relatives à l'actualité communautaire ... ? La RTBF se doit de
D"autre part, pourquoi tant de publicité pour la pétition "Pour la RTBF", pour les sondages en faveur de la RTBF dans le JT ...? N'est-ce pas également continuer à tromper le téléspectateur par une information partiale ?
La RTBF m'a déçu et Mr de Brigode a perdu tout crédit à mes yeux .

Michaël HENEN a dit…

A cet usage, je vous conseille de lire mon article consacré au Grand Défi de Meneer de Minister-President Yves Leterme sur mon blog à l'adresse suivante :

http://michaelhenen.skynetblogs.be/post/3865352/le-grand-defi-dyves-leterme--operation-seduct

Bien à vous.

Michaël HENEN
michael.henen@tele2allin.be