11 avril 2007

Le mercato


De retour en Belgique après quelques jours de repos à l’étranger, voici que je tombe en plein recrutement de « francophones connus »s pour les listes du 10 juin. Ainsi Anne Delvaux a-t-elle décidé de quitter le journalisme pour le sénat. La présentatrice de la RTBF a eu droit à un accueil grandiose, et en 2ième position est assurée de siéger dans la haute assemblée. Tant mieux pour elle, même si on peut quand même se demander quelles qualités une présentatrice de JT peut bien présenter pour obtenir si facilement un strapontin. Certes, être une jeune femme vous attire plus d’inimitiés que de soutiens dans un pareil cas. Anne Delvaux devra donc travailler beaucoup pour prouver à ses nouveaux collègues qu’elle est compétente et capable de faire avancer des dossiers de fond (et pas uniquement sur l’actualité internationale comme elle en annonce l’intention, puisque les débats communautaires et éthiques sont en l’occurrence des débats tout aussi majeurs au sénat). En attendant, elle aura du mal à passer, durant la campagne pour autre chose qu’une souriante affiche électorale en trois dimensions. Le CDH, où la présidente aime pousser la jeune génération, vient de s’offrir une personnalité de la société civile qui fait déjà figure de candidate « attrape-voix » dans la pure tradition des Marc Wilmots et Frédérique Ries. C’est que les partis politiques raffolent de ces « candidats surprises » qui permettent d’attirer le chaland au delà de la base électorale traditionnelle. Ce mercredi Ecolo annonce ainsi le soutien de Pino Carlino, ex-secrétaire national du syndicat CSC. Le PS avait de son coté il ya quelques semaines pu mettre en avant un ancien cheminot emblématique (José Damilot) et un transfuge écolo (Henri Simons).
Le MR semble, cette fois-ci, légèrement (et momentanément ?) en retrait. Si cela se confirmait il faudrait sans doute y voir la volonté de son président actuel de se démarquer d’une des marques de fabrique de son prédécesseur ( Louis Michel avait convaincu quelques grands formats comme Ries, Bodson et Wilmots ) . Il est vrai que faire élire un footballeur au sénat, par exemple, ne fût pas, une fois l’élection passée, une grande réussite.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Fabrice, je te trouve un peu dur quand tu écris "on peut quand même se demander quelles qualités une présentatrice de JT peut présenter pour obtenir si facilement un strapontin".

Anne Delvaux n'est quand même pas Miss Belgique, une speakrine ou...un joueur de foot (je ne vise personne). Je suppose qu'elle a fait des études de journalisme. Depuis de nombreuses années, elle côtoie le monde politique et suit l'actualité de notre pays. Elle me semble avoir donc le minimum requis pour être sénatrice. Une journaliste ne me semble pas plus bête qu'un instituteur ou un avocat qui se lanceraient en politique. L'exemple de Frédérique Ries montre que c'est possible. Laissons donc une chance à Anne Delvaux...

Par contre, je trouve Joëlle Milquet assez hypocrite devant les caméras de RTL-TVI quand elle dit qu'elle cherche "la femme derrière la notoriété". A qui compte-t-elle faire croire aussi? Pour la troisième place au Sénat,je lui enverrai le CV d'une amie licenciée en sciences politiques, assez jolie mais que personne ne connaît...

Anonyme a dit…

Si je n'avais le choix qu'entre Damilot, Simons et Delvaux, je crois qu'il ne me faudrait pas beaucoup de temps dans l'isoloir pour choisir la belle plutôt que les deux bêtes.

Anonyme a dit…

Monsieur Grosfiley,
Pourquoi ne mentionnez-vous pas que d'autres journalistes politiques notamment à RTL ont été contactés par le CDH avant que celui-ci ne "tombe" sur Anne Delvaux qui en une nuit s'est sentie "humaniste"...
Le CDH cherchait une tête connue avant de chercher un "véritable candidat" digne de ce nom et respectueux de l'électeur.

Fabrice Grosfilley a dit…

Je ne peux confirmer que la première partie de votre affirmation : le CDH a bien contacté d'autres journalistes de l'audiovisuel. Et 'il s'agissait bien de leur proposer une place pour le sénat. J'ignore en revanche la date des contacts avec Anne Delvaux et la manière dont ceux ci se sont noués. La fin de votre message relève du commentaire.

Anonyme a dit…

Merci pour votre confirmation.
Pourquoi dès lors ne pas avoir repris cette information dans la presse et mettre en évidence la stratégie du CDH de recherche "d'une tête journalistique" pour le Sénat ?
Déduction personnelle, il s'agissait bien de la part du CDH d'une course à la tête connue et non une conversion subite du candidat retenu.

Anonyme a dit…

Lors des élections, tous les partis cherchent des vedettes connues pour faire des voix. On a eu les cas de Frédérique Ries, Alain Courtois et Marc Wilmots pour le MR ; Anne Delvaux, Jean-Paul Procureur et Francis Delperée pour le CDH ; Bea Diallo pour le PS ; maintenant Carine Russo pour Ecolo. Ce n'est pas neuf. Même le Vlaams Belang a réussi a transformer une ancienne Miss Belgique en parlementaire...