08 mai 2007

Parenthèse française (bis) et impact belge


Tout le monde (même Patrick Poivre d’Arvor l’a souligné) aura vu ce drapeau belge flottant place de la Concorde. La république française a donc un nouveau président et il sera libéral. Et coté MR on ne serait bien sur pas fâché de bénéficier d’un effet « sarko » le 10 juin prochain de ce coté –ci de la frontière. La grande question est donc de savoir si les élections françaises peuvent ou non avoir un impact sur l’électorat belge. La victoire française sera évidemment un argument utile pour les réformateurs, et il ne manquera sans doute pas d’être utilisé par Didier Reynders (lequel soulignant déjà souvent combien la Wallonie « rouge » lui semble une exception dans l’Europe moderne, cette partie là des discours du président du MR pourrait donc être opportunément réactualisée).

Si les présidents de parti belges francophones ont fait si souvent le déplacement en terre française ces derniers jours c’est bien qu’ils en espèrent un retour électoral. On aura ainsi vu Elio Di Rupo se rendre rue de Solférino le soir du premier tour et prendre la parole à Lille lors d’un meeting de Ségolène Royal. On notera qu’au second tour Elio s’étant perdu, c’est Anne Marie Lizin qui assurait le commentaire belge de la défaite française.

Didier Reynders eu également son heure de visibilité salle Gaveau. Il pourrait faire mieux encore : une poignée de main avec le nouveau président français lors d’un prochain passage à Bruxelles serait du meilleur effet. Nicolas Sarkozy a en effet annoncé son intention de consacrer son premier déplacement présidentiel à l’Union Européenne, et s’il pouvait pousser son escapade jusqu’au 16 rue de la loi ses amis libéraux seraient ravis.

De ces démonstrations de proximité, le MR peut sans doute bénéficier d’un effet d’image. Sur les sites internet du MR et du MRI vous pourrez donc lire les réactions très enthousiastes de Reynders et Ducarme aux résultats français (notez au passage que le second a pu se faire prendre en photo avec Nicolas, pas le premier).
S’afficher aux cotés du vainqueur est toujours valorisant, et (accessoirement) bon pour le moral. Il n’est donc pas tout à fait exclu que l’élection française modifie une tendance qui semblait, dans les dernieres vagues de sondages, peu favorable aux libéraux d’ici.

Apportons une nuance quand même : au premier tour Didier Reynders avait un peu de mal à choisir entre Sarkozy et Bayrou. Un ralliement trop appuyé pourrait paraître tardif.
Les thèmes développés par l’UMP ne sont pas toujours ceux du MR et le discours sarkozien n’est sans doute pas importable tel quel. Coté PS on ne renonce d’ailleurs pas à « diaboliser » le nouveau président français (dans son communiqué le président du PS se borne d’ailleurs à prendre acte de sa victoire pour ensuite s’inquiéter des orientations « très libérales » de l’Union Européenne).

Enfin méfions nous des images. Le porteur de drapeau de la Concorde était un élu MR de la ville de Bruxelles. On ne sait pas si le président du MR l’a personnellement félicité. Mais on peut déjà avancer que la dimension belge de son geste ne lui avait certainement pas échappée. Le mouvement n'est pas si spontané qu'il n'y parait. En politique, il n’y a pas de soutiens gratuits.

8 commentaires:

Anonyme a dit…

En tant qu'électeur de droite, je suis ravi de la victoire de Nicolas Sarkozy. Du côté belge, je ne comprends pas pourquoi Didier Reynders privilégie actuellement autant Ecolo. Lorsqu'ils étaient ensemble au pouvoir, MR et Ecolo n'étaient jamais d'accord (par exemple, le débat sur l'école des caïds proposée par Pierre Hazette). Leurs programmes et leurs valeurs sont totalement opposés. Didier Reynders fait une erreur monumentale.

Pierre a dit…

Cette alliance MR/Ecolo se confirme grâce à l'interview de Jacky Morael publiée cette semaine sur le blog du Pan. L'écologiste y parle de ses affinités personnelles avec Jean Gol et Didier Reynders... Lorsqu'on lui demande s'il compte siéger s'il est élu, il répond qu'il n'en sait rien... Pourquoi se présente-t-il?

Joe a dit…

si le MR ne veut pas se faire jeter par une coalition PS-cdh, il doit prévoir plusieurs scénarios.
Je préfère la fraîcheur d'Ecolo que l'archaisme socialo.
De plus, l'électorat d'Ecolo est souvent très qualifié, appartenant à la couche supérieure sociale, ce que ne devrait pas mésestimer Didier Reynders. Et si ça permet de réduire la mainmise du PS sur la Wallonie, je suis preneur.

G. a dit…

Tout comme le premier commentaire posté, je suis également de droite et très heureux de la victoire de Sarko. Je ne comprends pas pourquoi le M.R. ne profite pas de ce dynamisme pour entrer ds cette campagne belge moribonde ... J'ai l'impression que le MR a peur de s'afficher à droite, a peur de ses valeurs, peur de ses idées ! Là ou Sarkozy a réussi a décomplexer la droite, chez nous le petit jeu des alliances oblige Reynders a ménager ses positions ! Je trouve ça bien dommage ! Il ya clairement des thèmes de campagne à aborder fièrement : sécurité et justice ont été de gros échecs de la politique de Mme Onkendaele (ou uytellinckx) ... Mais la droite molle veut ménager ses éventuels partenaires ... Dont acte ! Le M.R. a peur du "ultra-libéral" lancé par une gauche dont l'ultra-libéralisme est l'épouventail cherchant à masquer ses propres erreurs ... 30 ans de pouvoir absolu en Wallonie (walbanie) ont conduit à en faire l'une des régions les plus pauves d'Europe.

Je vous déconseille d'en parler à D. Reynders ... J'ai essayé de le faire et me suis pris de face "l'iceberg". Quelques secondes de "conversation" m'ont fait comprendre que je pouvais retourner à ma place ... "Laissez-nous faire" a-t-il dit ! OK - Rdv le 10/06 en soirée ...

Anonyme a dit…

Moi aussi, j'aimerais qu'à l'image de Nicolas Sarkozy, le MR s'affiche clairement à droite, propose un programme de droite et surtout cesse de faire les yeux doux à Ecolo avec qui nous n'avons rien en commun. L'exemple français montre que si le MR tenait un discours plus dur sur la délinquance et la sécurité, il prendrait des voix à l'extrême-droite.

Wali a dit…

Billet intéressant. Toutefois, j'apporterais une nuance: Sarkozy n'est pas libéral, mais conservateur.
Il est très important que les journalistes se rendent compte que ceux que le PS décrits comme "libéraux" (Reynders, Sarkozy, Bush, etc.) sont, suivant les cas, soit sociaux-démocrates, soit conservateurs. Mais pas libéraux.

Anonyme a dit…

A propos de l'immense drapeau belge "Les Belges avec Sarkozy" flottant devant la salle Gaveau: un sujet d'RTL-Tvi diffusé le lendemain de l'élection montrait son porteur. Il me semble avoir reconnu le conseiller communal de Bruxelles-Ville le très beau et très suffisant Geoffroy Coomans de Brachène (mais le sujet n'en pipait mot). Me trompé-je? Outre le fait que je lui interdis de parler en mon nom (tous les Belges ne sont pas supporters de Sarko), j'en pense aussi que le bonhomme ne manque décidément pas d'idées de marketing. Toujours à l'affut d'un bon coup médiatique, l'apprenti tombeur de Bertin Mampaka - on rappelle que la Justice lui a tiré les oreilles et blanchi l'échevin black - n'en rate décidément pas une. Un futur Destexhe OO7?

Anonyme a dit…

Bien que de milieu modeste, j'ai toujours eu la pensée à droite. J'ai suivi la campagne présidentielle française et me réjouis de l'élection de Nicolas Sarkozy. Sur la question "les éléctions françaises auront-elles une incidence sur les élections législatives en Belgique ?" moi, je pense que oui, en tout cas, cela renforce ma conviction de voter à droite! dommage que les leaders du MR n'ont pas la "trempe" de Sarko! Di Rupo et Milquet lançeraient une grande campagne de diabolisation...