14 janvier 2007

Dialogue nord sud sur l'emploi


La petite phrase semble être passée inaperçue. Vendredi matin face à Kathryn Brahy sur Bel RTL a reconnu que Flandre et Wallonie n’avait pas forcément les mêmes « intérêts » en matière de politique de l’emploi : « le constat est juste, précisait le ministre président wallon et président du PS, il y-a des différences, la Flandre est riche, la Wallonie rattrape son retard, mais nous devons travailler dans le cadre fédéral ». En clair Elio Di Rupo reconnaît donc que la revendication flamande d’une régionalisation de la politique de l’emploi n’est pas infondée, même s’il indique une piste qui n’est pas la régionalisation : permettre dans la loi fédérale, des politiques différenciées pour le chômage des plus âgés (problème flamand) ou des plus jeunes (problème wallon). La déclaration est bien sûr « emballée » et cadrée : pas question de travailler à la séparation du pays précisait dans la même phrase le président du PS. Quasiment au même moment Didier Reynders annonçait lui réfléchir à un rapprochement (on n’ose pas encore écrire un programme commun, mais ce serait l’intention) avec le VLD. Bref dans la coalition violette les grandes manœuvres sont lancées. Bleus et rouges discutent discrètement, mais réellement d’une nouvelle réforme institutionnelle à boucler l’été prochain. Geert Lambert, président de Spirit (parti régionaliste arrimé au SPA de Johan Vande Lanotte) a d’ailleurs immédiatement réagit au clin d’œil d’Elio : la régionalisation de l’emploi n’est pas notre seule demande indique-t-il en substance. Bref, francophones et néerlandophones s’envoient des signaux sur ce qui est possible et ce qui ne l’est pas. Ouvrez vos yeux et vos oreilles …

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Cela prouve qu'il existe encore un dialogue entre hommes politiques de bonne volonté au Nord et au Sud de la Belgique. C'est un point positif. Je pense que la régionalisation de la politique de l'emploi est la seule demande justifiée des Flamands. Par contre, il faudrait rendre le commerce extérieur au fédéral. Un ministre wallon ou flamand n'a aucun poids à l'étranger. Il faut reconnaître que le prince Philippe et la princesse Mathilde sont des atouts très utiles pour nos entreprises. Je suis également contre la demande d'Ecolo de diminuer les pouvoirs actuels du Roi. Ce serait une erreur monumentale qui ravirait les séparatistes flamingants. Enfin, il me semble que l'idée d'une circonscription nationale doit être étudiée. Cela diminuerait les querelles communautaires et cela augmenterait le dialogue entre Flamands et Wallons.

philochar a dit…

Une circonscription nationale, pourquoi pas? Mais entre nous, la monarchie belge a besoin d'un sérieux coup de balai, ne trouvez-vous pas?

Anonyme a dit…

Réponse aux deux premiers commentaires : oui à une circonscription nationale et oui au maintien de la monarchie. Il y a des réformes à effectuer, notamment sur le cumul des mandats. Je trouve aussi que les provinces sont obsolètes en 2007. Leurs compétences (enseignement, culture, tourisme, etc.) pourraient être facilement réparties entre l'Etat fédéral, les régions, les communautés et les communes. La suppression des provinces simplifierait le paysage institutionnel très compliqué de notre pays. Mais bizarrement, je n'entends jamais aucun homme politique se prononcer sur ce sujet.

Un petit Belge a dit…

Je regrette que les médias ne donnent jamais la parole au parti démocratique bilingue B.U.B. (Belgische Unie-Union Belge) regroupant des Wallons, des Bruxellois et des Flamands qui veulent maintenir l'unité du pays. Malgré l'absence d'écho de la presse, ils présentent des listes depuis plusieurs élections. Un rapide coup d'oeil sur leur site Internet vous permettra de juger de la pertinence de leurs propositions. Alors, Monsieur Grosfilley, à quand un petit billet consacré à B.U.B. sur votre blog?

Anonyme a dit…

Bravo à l'hebdomadaire "Le Vif-l'Express" pour son dossier sur les Flamands connus qui ne sont pas séparatistes et qui soutiennent le maintien de la Belgique fédérale. La presse francophone doit se remettre en question et cesser de véhiculer les clichés réducteurs du Flamand égoïste, intolérant et nationaliste.

Anonyme a dit…

Par rapport aux commentaires ci-dessus, je suis favorable à l'idée d'une circonscription nationale, au maintien de la monarchie, à une approche moins réductrice des Flamands par les médias francophones et à la suppression des provinces.

Autre débat : la réforme du Sénat abordée par beaucoup d'hommes politiques (Didier Reynders et Guy Verhofstadt notamment). Fabrice, j'aimerais d'ailleurs que tu m'éclaires à ce sujet car je ne comprends pas vraiment ce qu'ils veulent en faire par rapport à la Chambre.

Anonyme a dit…

Je ne suis pas d'accord avec Philochar : la monarchie et l'avenir de la Belgique sont intimement liés. Tant qu'il y aura une Belgique, il y a aura une monarchie. Tant qu'il y aura une monarchie, il y aura une Belgique. Si on aime l'une, il faut défendre l'autre...

Anonyme a dit…

Oui, moi aussi, je trouve qu'il faut défendre le système monarchique qui soutient notre pays si particulier. Une circonscription nationale est une bonne idée à laquelle il faut réfléchir. Vive la Belgique! Vive le Roi!