05 janvier 2007

Le dossier "Laurent" s'enflamme


Ce vendredi marque une accélération dans le dossier des malversations de l’armée dans les années 90 et sur la possibilité d’entendre le prince Laurent. L’avocat du colonel Vassen a demandé officiellement que l’on puisse entendre le fils du roi dans le cadre du procès qui s’ouvrira lundi à Hasselt. Le gouvernement n’a pas hésité : il a transmis la demande, et le roi a signé l’arrêté qui permet désormais une telle audition. Il appartientiendra dans les prochains jours au président du tribunal de la juger pertinente ou non. Le gouvernement n’a pas tergiversé, sans doute pour tenter de couper court aux accusations de « protection » lancées par certains témoins. « L’affaire Laurent » à 6 mois des élections législatives prend désormais un tour très politique. Ce jeudi le CD&V rappelait son hostilité à la dotation versée au prince (en 2001 le parti d’Yves Leterme – Stéphan de Clercq à l’époque- avait voté la dotation de la princesse Astrid mais s’était abstenu pour la dotation de Laurent). Le VLD a riposté : la député Annémie Turtelboom demande la création d’une commission parlementaire pour faire la lumière sur les fonds perçus par laurent dans les années 90 (sous entendu : quand le CVP était au pouvoir, les choses étaient moins claires qu’avec la dotation votée par l’arc en ciel). Tout est prêt pour une belle polémique.
Interrogé par RTL TVI, Hervé Hasquin apportait de l’eau au moulin libéral flamand en relatant même une réunion organisée par Jean Luc Dehaene à l’époque pour amener les régions à participer au financement de l’institut du Prince… « Un subterfuge pour camoufler des choses … j’ai reporté le point plusieurs fois, puis on m’a dit –c’est comme çà-»…
Vous avez aimé immocongo en 2006 ? Vous adorerez « la cassette du prince" en 2007.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Je suis de plus en plus convaincu que le prince Laurent est victime d'une campagne médiatique (où chacun essaie de gonfler ses ventes ou son audimat) et politique (où tout le monde essaie de tirer profit de l'affaire en vue des élections législatives). Certains tentent également de déstabiliser la monarchie et, par conséquence, l'unité de notre pays. Il est normal de nous informer sur ce procès, mais les journalistes n'ont-ils pas d'autres sujets plus intéressants à traiter? Ras-le-bol du show et des dérives sensationnelles de la presse belge.

Anonyme a dit…

A force de se déchaîner contre le prince Laurent, les républicains et séparatistes, avec la complicité de certains médias, ne font que le rendre plus attachant et sympathique. Le prince Laurent est un homme comme tout le monde avec ses défauts et ses faiblesses, et c'est pour cette raison qu'il est apprécié des Belges. Son engagement en faveur de l'environnement et des animaux est réel et concret. S'il n'était pas là, qui se mobiliserait en Belgique pour ces deux causes? Personne.

Un petit Belge a dit…

Je suis d'accord avec ces commentaires. Après la fausse émission spéciale de la RTBF, je trouve que la presse belge s'oriente de plus en plus vers les dérives des tabloïds britanniques. La médiatisation de ce procès est exagérée et rappelons que le prince n'est que 11ème dans l'ordre de succession.
La presse a prétendu que le prince ne pouvait être appelé à la barre en vertu d'une ancienne loi mais le Roi a signé immédiatement un arrêté royal le rendant possible.
La presse a prétendu que le prince exigerait le huit clos à Hasselt mais le prince s'est défendu en audience publique.
La presse a prétendu que le prince aurait besoin d'un interprète mais il a su répondre sans aucun problème aux questions en néerlandais. CQFD

Anonyme a dit…

Chapeau au prince Laurent d'être allé, malgré la pression, donner sa version des faits! Il cloue le bec aux séparatistes flamingants qui espéraient qu'il ait besoin d'un interprète! Et oui, notre famille royale parle le néerlandais, contrairement à ce que certains essaient de faire croire! Et quel pied de nez d'arriver à Hasselt en Smart! Ah, il m'étonnera toujours, ce prince rebelle...