03 juin 2007

La clarification



Le choix est désormais clair. Entre le parti socialiste et le mouvement réformateur l’entente semble désormais difficile pour ne pas écrire franchement compromise. On a beaucoup glosé sur le peu de chances de voir la violette refleurir et sur l’animosité croissante entre Elio Di Rupo et Didier Reynders. A une semaine des élections ce qui semblait relever de l’analyse et du positionnement tactique est donc devenu un discours explicite. Le parti socialiste confirme par la voix de son président qu’il n’envisage pas de poursuivre au fédéral avec les libéraux. Ceux-ci, en plaçant au cœur de leur stratégie un glissement du centre de gravité politique wallon, ayant déjà clairement indiqué qu’ils souhaitaient pouvoir renvoyer le PS dans l’opposition.




Certes, on peut toujours douter de la sincérité des grandes déclarations de fin de campagne électorale. Rappelons que le schéma idéal pour les deux partenaires de la majorité fédérale sortante est bien de s’inscrire dans un face à face qui mobilise l’opinion autour des seules deux grandes formations et que la bipolarisation entre les grands méchants bleus et les affreux rouges est un classique des tensions électorales. Mais revenir en arrière à ce stade serait suicidaire : cela reviendrait à renier ses discours et décrédibiliserait un peu plus une vie politique qui n’en a vraisemblablement pas besoin.

L’électeur sait donc à quoi s’en tenir : voter PS c’est souhaiter que la majorité wallonne (PS-CDH) puisse s’installer aussi au fédéral. On peut y adjoindre les écolos éventuellement (noter les clins d’œil dans leur direction ces derniers jours). Voter CDH c’est voter pour la même alliance, mais en changeant le rapport de forces entre les deux partenaires. Voter MR c’est en revanche vouloir sanctionner le parti socialiste et se passer de ses services (le pari est osé : il faudra ensuite former une majorité, ce ne sera pas si simple). Voter écolo c’est souhaiter que les thèmes portés par les verts soient pris en compte (sans que l’on puisse affirmer avec certitude que cela se fera à l’intérieur ou en dehors d’une majorité).


On a suffisament écrit (y compris sur ce blog) que les enjeux électoraux belges pouvaient parfois manquer de clarté par rapport à la campange électorale française pour ne pas souligner l'évolution de ces derniers jours. On doit se réjouir de la clarification. Car il y a là de quoi motiver les citoyens les plus désabusés : puisque les intentions sont clairement exprimées, les alliances ne se feront pas dans le dos de l'opinon publique comme on l'entend parfois. Le 10 juin c'est donc bien l'électeur qui décide.

15 commentaires:

marguerite a dit…

Cher Fabrice, je constate 2 grosses failles dans votre raisonnement:
1) les majorités se décident au nord du pays
2) le MR ne demande qu'une chose: gouverner avec le PS. Leur hargne actuelle est due au fait que Di Rupo semble leur préférer le cdh et que Reynders s'en est rendu compte ! Les déclarations de Reynders vont dans ce sens (continuer avec les socialistes), cfr aussi les déclarations de Armand de Decker dans le soir qui a dit textuellement qu'il fallait continuer l'alliance ....

Anonyme a dit…

Vu comme ça, les chances du MR de parvenir au pouvoir sont presque nulles. Sauf effondrement du PS. Ce qu'aucun sondage ne semble confirmer.

Parce qu'on voit mal le MR obetnir une majorité rien qu'avec Ecolo et que la statégie de Reynders et de Michel qui a consisté a essayé dans un premier de débaucher les cadres du CDH puis de cogner sur Milquet les a poussé dans un cul de sac.

Sauf effondrement du PS (largement en dessous des 30% en Wallonie), les jeux sont presque fait. Et au MR il faudra demander des comptes. Car comment ce parti qui en 1999 avait toutes les cartes en main pour occuper le centre de gravité politique a pu se retrouver en position d'être rejeté partout dans l'opposition...

Ø a dit…

Avant de s'en prendre au PS, Reynders a tapé très fort sur le CDh, toujours dans le but de bipolariser le débat.

Il a peut être oublié que la Belgique n'est pas la France, le système électoral est ici proportionnel et non majoritaire. Il est quasi impossible à un seul parti d'obtenir la majorité absolue, surtout au fédéral où il faut en plus diverses majorités spéciales (dans chaque groupe linguistique, pour réviser la constitution, etc.)

Il lui faudra toujours un partenaire pour gouverner.
Il me semble qu'il a brulé tous ses vaisseaux en provoquant l'inimitié de tous ses partenaires éventuels. Inimitié telle qu'il va provoquer ce qu'il voudrait empêcher.

hika a dit…

Ces confrontations ont effectivement le mérite d'avoir ouvert le débat et d'avoir "officialisé" un peu les positions des partis. Par contre, j'ai trouvé ça vraiment trop court... et de ce fait ça ne volait pas très haut et ça n'a pas favorisé le débat de fond... A quand un débat de plus de 10min ?

Anonyme a dit…

Motif à réjouissance de quoi ? De savoir que voter PS égale voter CDH et inversément, ou que voter MR ou Ecolo rime avec choix alternatif ? Vous venez seulement de vous en rendre compte ?

Et peut-être plus important, les programmes pour les prochaines années à venir, les choix de société, on en fait quoi ?

Barbeq

Un mandataire aux côtés de tous a dit…

Pour poursuivre dans le sens d'une des précédentes réactions, il est vrai que M. SARKOZY, ... euh... (excusez-moi) M. REYNDERS semble avoir perdu de vue que nous étions en Belgique !

La victoire de la droite française le 6 mai dernier semble être montée à la tête de la droite belge !

Gestuelle, diction (M. REYNDERS ne dis jamais plus "nous" mais "je" comme le nouveau président français), et même hier la Brabançonne en fin de meeting libéral !

Espérons que les représentants libéraux cesseront vite ce mymétisme et reviendront les pieds sur notre belgique où le scrutin est proportionnel et non majoritaire.

Enfin, il est un peu dommage de dire, alors que les libéraux y ont été pendant plusieurs années, alors que la Wallonnie est en train de se redresser que le PS est la cause de tous les maux...

Anonyme a dit…

Bonjour Monsieur Grosfilley

Ce mail ne doit pas être diffusé mais j'avais envie de vous lire sur le traitement de l'info hier soir au Jt de 19h

Je souhaiterai attirer votre attention sur le traitement du sondage du Soir sur vos antennes hier soir.

Le présentateur du Jt de 19h a annocé un PS en chute (c'est très clair), le MR, le Cdh et Ecolo sont en hausse. De plus, il indique que ce sondage a été effectué avant la démission de Demacq.

A la lecture du belga et de la presse, il me semble que son commentaire était quelque peu déplacé. 1/ Le sondage a bel et bien été réalisé lors des "affaires" cfr le commentaire de Delwitte dans le Soir.
2/ Le traitement de l'info pour le MR aurait du être légérement plus nuancé : il perd sur base des résultats de 2003 mais gagne par rapport aux régionales...

merci pour votre réaction

Joël Mathieu (militant socialiste)

Anonyme a dit…

N'écrivez pas : "On a beaucoup gloser sur le peu de chances de voir la violette refleurir"

Ecrivez plutôt : "On a beaucoup glosé..."

Christophe De Caevel a dit…

Fabrice, d'abord un grand bravo pour ton blog, que je visite régulièrement.
Je partage ton analyse de la stratégie de bipolarisation, et donc de vote utile, qui pourrait servir les deux "grands" partis francophones.
Mais je n'exclus cependant pas un nouveau mariage, plus ou moins forcé, après le 10 juin. Une tripartite me paraît toujours le scenario le plus probable. Ne serait-ce que pour réaliser l'une ou l'autre réforme institutionnelle. Je vois mal le PS et le MR ne pas s'impliquer mutuellement dans ces réformes, qui auront fatalement un aspect "concession".

Alex a dit…

Perso, j'estime que la stratégie du MR est logique.
1) Yves Leterme a annoncé qu'il exigera la présence du CDH dans un gouvernement si son parti arrive autour de la table. Vu les sondages, il est plus que probable que le CDH est quasi certain de se retrouver au pouvoir. Du côté francophone, le MR est donc d'ors et déjà isolé ; alors autant taper sur l'adversaire.
2) Je pense qu'il ne faut pas oublier les régionales de 2009. Le MR a peut-être intérêt à aller dans l'opposition pendant 2 ans afin de pouvoir se positionner comme la seule alternative au PS-CDH. De plus, j'entends que plusieurs ténors seraient chauds pour faire tomber le gouvernement fédéral en 2009 afin de jouer la symétrie et le rassemblement des scrutins.
3) Il n'est pas impossible que le MR devienne incontournable si les Flamands souhaitent une réforme de l'état (surtout pour les lois spéciales avec des majorités spéciales). Dans ce cas, le MR sera en position de force. Avec le FDF au sein du MR, ce dernier ne pourra pas faire n'importe quoi et ça D. Reynders le sait.
4) L'atmosphère tendue actuelle laissera des traces...évident ! Mais en souhaitant "faire bouger le centre de gravité", le MR tente de devenir incontournable à l'avenir ; tout comme le PS actuellement. Est-il possible de bousculer le PS sans cette atmosphère. Pas certain : après l'ICDI, les logements sociaux, Arena et sa douche, AWIPH, le cabinet de révisorat de Daerden, Roviart, Anselme à Namur, Hermanus, Agusta, Dassault, etc. le score du PS au scrutin communal était encore bon. Que faut-il aux francophones pour arrêter de voter PS ? Le MR constate que les scandales ne modifient pas le vote socialiste qui se transmet de générations en générations...Il faut donc muscler le discours et hausser le ton.

Elsa a dit…

Cela fait plusieurs décennies que les socialistes wallons trempent dans ce qu’on appelle communément ‘les affaires’ : Agusta, Dassault, Smap, Inusop, (et j’en passe pour le passé). Cependant, malgré un certain volontarisme et quelques années de recul, l’histoire à tendance à se répéter. En effet, les événements « Immo Congo » à Namur, « Toit et moi » à Mons et les diverses caisses noires de Charleroi soulèvent chez moi une question : pourquoi continue-ton à travailler avec un parti politique qui ne respecte pas les valeurs de base de la démocratie ? Ne peut-on pas assumer, une fois pour toute, que travailler sans le parti socialiste est possible ? Aux valeurs socialistes, je ne reproche rien mais au système socialiste, j’en veux beaucoup… Le comble dans les réflexions politico-médiatiques actuelles, c’est qu’il faut encore condamner les libéraux dans leurs choix…Aller jusqu’à les condamner de ne pas être parti sur le champ, d’avoir accepté de monter dans le bateau après les communales… Le changement est nécessaire à Charleroi et en règle générale, dans toute la Wallonie car les gens ont, tout simplement, droit au respect !

Anonyme a dit…

Pour répondre à Alex et Elsa,
prenons la vérité dans l'autre sens...
Le PS ne s'affaibli effectivement pas malgré quelques casseroles. C'est probablement du au fait que les gens ne sont pas aussi stupides que certains le disent... Les électeurs socialistes ont bien compris (à juste titre) que la dizaine de "brebis galleuses" du PS représentent seulement +/- 0,008% des 90.000 militants du partis et que, dès lors, les socialistes qui nous ont offert tant (sécurité sociale, emploi, sécurité, Plan Marschall et son développement économique de la Wallonie - n'oublions pas que plusieurs sociétés sont récemment venues s'installer en wallonie de par les aides que la Région leur a promises)
La grande différence entre le PS et le MR est que le dernier veut donner plus de pouvoir d'achat et de sécurité aux gens qui en ont déjà beaucoup tandis que le deuxième veut plus de solidarité entre les personnes aisées et les moins chanceuses... je ne pense pas que ce soit ça, être le mal de la Wallonie !

hika a dit…

@anonyme (qui répondait à Alex et Elsa)
Désolé d'être aussi direct, mais vous me semblez bien naïf !
1. Les socialistes ne vous ont rien "offert"! Vous payez de (trop) lourds impôts pour ces services publiques (qui sont d'ailleurs complètement inefficaces comme l'a montré dernièrement une enquête)
2. Vous ne semblez pas mesurer le problème de la Wallonie : son fonctionnement est politisé à l'extrême - même si ici le PS n'est pas le seul responsable -, et le PS est incapable de le réformer (on l'a vu avec le décret annulé par Courard) . Les affaires ne sont qu'un dérapage d'un système bien en place de clientélisme, népotisme,.. et lourdeurs en tout genre dues à cette politisation extrême.
3. Oui la Wallonie va mal, et ce n'est pas pcq Google vient s'implanter en Belgique qu'il faut crier alléluia. Le PS est au pouvoir à tous les niveaux depuis 20 ans sans interruption. Voyez le PIB wallon, le taux d'emploi, le taux de chômage, notre enseignement est médiocre et inégalitaire (PISA), et j'en passe... Faut-il vous rappelez la position géographique privilégiée de la Wallonie? Ok le place Marshall c'est évidemment positif, mais tout à fait insuffisant ! Et pourquoi a-t-il fallu attendre 18ans pour réagir timidement ?
Renseignez-vous sur l'état de la Wallonie, consultez plusieurs avis (indép. des politiques) et faites vous vous même votre opinion et vous verrez que la vérité est bien moins rose que ce que ne laisse entendre EDR.
4. Pour votre dernier commentaire à propos du MR, je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, quels sont vos sources pour affirmer cela? Je vous invite de nouveau à consulter des sources objectives, allez lire les programmes et écoutez les débats, sans préjugés. Et ne croyez pas qu'un politicien libéral a moins de crédit qu'un politicien socialiste. Il n'y en a pas un plus ou moins honnête que l'autre...
(A gauche il y a aussi ECOLO ! Le PS n'est pas une fatalité...)

un réaliste... a dit…

Le PS n'est pas plus mauvais que les autres partis... il y a des idées différentes mais ceci est une question de goût ! Par contre, il est vrai que quelques "pourris" sont de couleur rouge et ils ternissent l'image de leur parti et den l'ensemble de la classe politique.
Je voudrais apporter une précision qui intéressera bon nombre de personnes j'en suis sûr (les journaliste en priorité)...
Avant de critiquer, les autres, il faut avoir le courage de balayer devant sa porte. Je m'explique : le MR a abbatu le PS ces dernières semaines. Il aurait mieux fait de se pencher sur ces propres difficultés mises en avant de manière plus ou moins officielle/officieuse...

Trouvez-vous normal que des réception de présidents de sections locales libérales soient reçus dans un cabinet ministériel MR, chez S. LARUELLE (aux frais de qui?) photos voir le site du mr : (http://www.mr.be/Galeries-Photos/index.php?aId=404&fId=669)... ? on ne s'en cache visiblement pas... D'autres ministres ont été interpellés pour moins que ça (en région wallonne)

Par ailleurs, et plus fort encore, trouvez-vous honnête que le MR utilise l'argent public pour employer du personnel au sein de sa fédération? Et oui, il me revient que le secrétariat de la fédération provinciale namuroise a été assuré avant 2004 par la mise à disposition de deux mi-temps de collaboratrices parlementaires (A. BARZIN et J-M SEVERIN ont vraissemblablement cahcun "offert" 1/2 collaboratrice à leur fédération) !!! Ces dernières sont sensées travailler sur des documents parlementaires au profit de leur député dans le cadre de son mandat (et non pas pour le parti dont il sont issus!!!)

Enfin, il n'y a pas de quoi en faire toute une histoire... cela se passe dans tous les partis mais il est dommage que ceux qui ne sont pas nécesssairement "blancs" se prentendent comme tels!!! Tout ceci ne fait que renforcer le malaise vis-à-vis de la POLITIQUE

l'erreur est humaine mais avançons! a dit…

@un réaliste...

vos arguments semblent pertinents...

Néanmoins, pourquoi la presse n'en fait-elle pas écho?

Et vous, M. Grosfilley, qu'en pensez-vous?

Je m'intéresse à la politique sans y prendre une part active et j'en appelle de tous mes voeux à ce que la justice fasse son boulot et à ce que les politiciens tous partis confondus qui ont quelque chose à se reprocher fassent un pas de côté pour que notre pays reprenne vie et que l'on crée des discussions dans l'intérêt REEL des citoyens (emploi, chômage, impôts, justice, ...)